Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Burger King a l'autorisation d'avaler Quick





Le 10 Décembre 2015, par

C'est un remake de la fable de la grenouille qui avale un bœuf. Burger King a reçu le feu vert de l'Autorité de la concurrence pour s'offrir son concurrent Quick.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
La nouvelle entité, qui opèrera sous le nom Burger King, deviendra numéro 2 du secteur derrière l'intouchable (jusqu'à quand ?) McDonald's. L'opération d'acquisition « n'entraîne pas d'atteinte à la concurrence sur le territoire national », a estimé l'Autorité de la concurrence, exception faite d'Ajaccio en Corse.

De fait, « pour prévenir les atteintes à la concurrence, Burger King résiliera un contrat de franchise à Ajaccio ». Un petit prix à payer pour assouvir la soif d'expansion du groupe Bertrand, actionnaire majoritaire de la filiale France de Burger King, dont le réseau compte actuellement 30 restaurants, dont 10 détenus en propre et 20 en franchises.

L'enseigne Quick, de son côté, est à la tête d'un réseau de 405 restaurants, « dont la très grande majorité est exploitée en franchise », rappelle l'Autorité dans son communiqué. Quick appartient à Qualium Investissement (du groupe CDC, la Caisse de dépôts et consignations).

Reste à voir maintenant si le groupe Bertrand aura les reins suffisamment solides pour non seulement absorber les 19 000 employés de Quick, mais aussi pour mettre les restaurants Quick aux couleurs de Burger King.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook