Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Christine Lagarde conserve la tête du FMI





Le 21 Février 2016, par

Christine Lagarde conserve la tête du FMI. L’unique candidate n’a pas rencontré beaucoup de difficulté pour rempiler cinq ans supplémentaire à la présidence du Fonds monétaire international.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
Christine Lagarde a remplacé Dominique Strauss-Kahn, contrait à la démission en juillet 2011 après le scandale du Sofitel. La candidature à son propre poste a reçu le soutien de la France et des États-Unis, ce qui ne laissait guère présager de doute quant au résultat de son élection.

« Je suis ravie d’avoir l’opportunité de conduire le FMI en tant que directrice générale pour un second mandat de cinq ans », a-t-elle déclaré dans le communiqué. La dirigeante conserve donc son poste dans un contexte économique difficile : le trou d’air créé par le ralentissement de l’économie chinoise et les bouleversements induits par le prix de l’énergie au plus bas provoquent des tensions un peu partout dans le monde.

En France, la présidente du FMI fait face à une poursuite judiciaire dans l’affaire Tapie - Crédit Lyonnais. Christine Lagarde est renvoyée devant le tribunal correctionnel pour « négligence » lorsqu’elle était ministre de l’Économie.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : fmi

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook