Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Commission européenne : pas de rallonge pour le plan de relance, pour l'instant





Le 18 Mai 2021, par Olivier Sancerre

Alors que les pays européens commencent enfin à voir le bout du tunnel, la réflexion se porte sur la possibilité d'un second plan de relance à l'échelle du continent. La Commission européenne ne veut pas en entendre parler pour le moment.


Argent bloqué

En juillet dernier, les États membres de l'Union européenne ont mis sur pied un plan de relance doté de 750 milliards d'euros, ce qui représente 5,6% du PIB européen. La grande nouveauté ici, c'est que le financement de ce plan passe par une émission de dette commune, chose que l'Allemagne avait toujours refusée jusqu'à présent. Malheureusement, personne n'a encore vu la couleur d'un euro : le plan de relance doit en effet être validé par tous les pays de l'UE. 19 Parlements nationaux l'ont voté, il manque encore 8 feux verts.

Une lenteur désespérante pour Paris et pour Berlin, qui ont appelé l'UE à débloquer le plus rapidement possible ce budget qui permettra à l'économie du bloc du rebondir. Surtout vis à vis des États-Unis qui ont commencé à injecter 1.900 milliards de dollars, ou encore de la Chine. Aucun des rivaux de l'Union n'a attendu pour mettre en œuvre les mesures de soutien. Par ailleurs, il existe un débat sur la pertinence d'un second plan de relance…

Trop tôt pour une rallonge

Néanmoins, Margrethe Vestager, la commissaire européenne en charge de la concurrence, plaide la patience. Dans un entretien avec Les Echos, elle explique qu'il est encore beaucoup trop tôt pour envisager une rallonge au plan de relance : « Je trouve ça un peu bizarre de parler d'un nouveau plan dont nous ne sommes pas certains d'avoir besoin, alors que nous avons déjà tellement de choses à faire », estime-t-elle.  La commissaire rappelle au passage que l'UE « n'a pas dépensé un seul euro des 750 milliards d'euros prévus dans le premier plan ».

Margrethe Vestager estime que le but n'est pas de dépenser le maximum d'argent, mais « d'en obtenir les meilleurs résultats possibles ». Un discours qui ne va pas calmer les impatiences : dès le 25 mars, Emmanuel Macron avait déclaré souhaiter une relance plus ambitieuse pour l'Union européenne. 




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook