Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

FAKE NEWS au temps du coronavirus





Le 6 Mai 2020, par François-Bernard Huyghe


FAKE NEWS au temps du coronavirus
Vous venez de publier (pour linstant, sous forme numérique, en attendant que rouvrent les imprimeries et les librairies) une 3e version totalement révisée de « Fake news  » considéré comme un livre de référence. Cest un sujet politique brûlant ?
 
Presque depuis l’élection de Trump en 2016, ce qui a popularisé lexpression. Dans les deux sens : lui, accuse ses adversaires, à commencer par les grands médias, de ne répandre que des mensonges pour le déstabiliser. Et ses adversaires répètent quil a été élu grâce à la diffusion des théories complotistes et de la désinformation en ligne, le tout orchestré par Moscou et quelques extrémistes. Depuis lors, le « bloc élitaire » comme disent les sociologues, fait la guerre, essentiellement sur les réseaux sociaux, contre le faux présenté comme danger idéologique subversif pour nos démocraties. Ceci repose sur trois éléments indéniables : leur prolifération, leur accessibilité croissante, notamment via les communautés en ligne, et surtout la réceptivité du public.
 
Il suffit de cinq minutes de navigation pour tomber sur une rumeur ou un contenu fantaisiste ; par ailleurs, nous pouvons sans mesurer combien d’informations circulant sur les réseaux sociaux sont réputées « fausses » ou « douteuses » d’après leur nombre de signalements par des individus ou des algorithmes « anti-fake » de Google, Twitter et autres. Sans parler du fait qu’énormément de journaux ou de médias audiovisuels se sont dotés de services de « fact-checking  ». La durée de vie dune information suspecte avant signalisation est très brève, mais elles prolifèrent et les dénoncer ne fait souvent que renforcer la méfiance dune partie de la population envers le discours « officiel ».
 
Par ailleurs, il existe des techniques qui portent moins sur l’énonciation/fabrication du faux que sur sa mise en contexte, son accréditation par des sources qui se prétendront neutres, mais aussi des stratégies de « direction de l’attention » comme la création de faux comptes, l’utilisation de robots qui donnent l’impression d’un fort mouvement d’opinion en ligne. Le but peut aussi être d’attirer les moteurs de recherche, de multiplier les « memes » (les unités d’information qui se reproduisent sur les réseaux sociaux par signalisation, liens, reprise, etc.). Bref, cest la lutte de l’épée et du bouclier à un très haut niveau de technicité.
 
Prenez n’importe quel thème : les Gilets jaunes, le réchauffement climatique ou les banlieues, vous serez assuré de voir les deux parties s’accuser de fake news.
 
Le gouvernement vient de créer une plateforme pour lutter contre les infox ou fake news relatives au coronavirus et lOMS dénonce une « infodémie  », la désinformation qui se propage aussi vite que le virus. Cest une nouvelle guerre de linformation ?
 
Sur fond de scepticisme à l’égard de la science (affaire des vaccins ou du glyphosate p. e.) et de discours médicaux contradictoires, il est question partout de remèdes miraculeux, de morts cachés, de faits imaginaires terrifiants ou scandaleux. Ces bruits se propagent sur les réseaux sociaux où lon simagine recevoir linformation de gens « comme nous », de bonne foi. Plus des théories dites conspirationnistes. Ces dernières fournissent une explication générale et surtout désignent un coupable caché. Suivant le cas Trump, Bill Gates, les militaires chinois cherchant une arme biologique, les capitalismes, etc.
 
Mais il sajoute une dimension géopolitique de guerre de linformation et de désinformation. Milieux dirigeants américains et souvent européens tiennent à peu près le langage suivant :
 
– Pékin est responsable de l’épidémie et de sa propagation rapide, réalités couvertes par la censure et le mensonge.
 
– Les Chinois font une énorme propagande, notamment sur le Web 2.0, pour vanter lefficacité de leur réaction, leur volonté généreuse daider le monde et lexcellence de leur modèle idéologique. Ils tentent parallèlement de déstabiliser les systèmes démocratiques.
 
Ce à quoi la Chine répond que ce sont les Occidentaux qui essaient de cacher leur échec et de pratiquer la subversion à leur égard. Ils plaident la bonne foi, l’efficacité et l’universalité de leurs valeurs.
 
En elles-mêmes ces réactions semblent prévisibles. Mais avec lampleur des opérations dinfluence dans ce contexte dramatique, lenjeu de qui convaincra le monde de son histoire devient énorme. Cest de savoir qui deviendra la puissance hégémonique après la pandémie, et par ses forces matérielles (économiques, techniques, etc.) et par ses forces quasi spirituelles que sont le pouvoir de convaincre et séduire.
 




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)

Comment réagir face à l'entrisme islamique en entreprise

« Fantaisies quantiques » : Quand la collaboration des chercheurs fait avancer l’humanité !

« MAINSTREAM » : Il y a bien une bataille mondiale pour une domination culturelle













Rss
Twitter
Facebook