Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Frais abusifs : les Caisses d'Épargne et les Banques populaires font machine arrière





Le 29 Septembre 2018, par

Les Caisses d'Épargne et les Banques populaires font machine arrière, suite aux révélations de deux associations de consommateurs : les frais d'intervention facturés en cas de dépassement du découvert autorisé.


Le scandale des frais bancaires abusifs a fait beaucoup de bruit cette semaine, et pour cause. Les banques du groupe BPCE (Banques populaires et Caisses d'Épargne) ont mis en place depuis quelques mois des frais d'intervention en cas de dépassement du découvert y compris lorsque le compte est toujours… dans le vert. À la fin de la journée, les banques relèvent les compteurs et si elles constatent que le compte a dépassé le découvert autorisé, toutes les opérations réalisées auparavant se voient facturées d'une commission d'intervention, même sans que le compte ne franchisse le plancher autorisé.

Une situation incompréhensible pour les clients concernés (le groupe BPCE en compte 30 millions). Ces révélations de l'UNAF et de 60 Millions de Consommateurs ont poussé l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) à renforcer ses contrôles. La menace du régulateur et la bronca de l'opinion publique ont cependant eu raison de la gourmandise des banques concernées. Dans un communiqué, le groupe BPCE a annoncé qu'il allait faire marche arrière.

« Conscient de la complexité de la tarification actuelle des commissions d'intervention et des incompréhensions qu'elle a pu susciter, le groupe BPCE annonce engager une évolution et une simplification de son dispositif », écrit l'établissement. « Le nouveau dispositif de tarification des commissions d'intervention, en cours d'élaboration, sera plus lisible et permettra de prendre en compte en priorité toutes les opérations créditrices de la journée avant imputation des opérations débitrices ». Un pas en avant qui pourrait être suivi par d'autres banques : le Crédit Mutuel aussi emploierait le même genre de pratiques.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : banques

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook