Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Frais abusifs : les Caisses d'Épargne et les Banques populaires font machine arrière





Le 29 Septembre 2018, par

Les Caisses d'Épargne et les Banques populaires font machine arrière, suite aux révélations de deux associations de consommateurs : les frais d'intervention facturés en cas de dépassement du découvert autorisé.


Le scandale des frais bancaires abusifs a fait beaucoup de bruit cette semaine, et pour cause. Les banques du groupe BPCE (Banques populaires et Caisses d'Épargne) ont mis en place depuis quelques mois des frais d'intervention en cas de dépassement du découvert y compris lorsque le compte est toujours… dans le vert. À la fin de la journée, les banques relèvent les compteurs et si elles constatent que le compte a dépassé le découvert autorisé, toutes les opérations réalisées auparavant se voient facturées d'une commission d'intervention, même sans que le compte ne franchisse le plancher autorisé.

Une situation incompréhensible pour les clients concernés (le groupe BPCE en compte 30 millions). Ces révélations de l'UNAF et de 60 Millions de Consommateurs ont poussé l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) à renforcer ses contrôles. La menace du régulateur et la bronca de l'opinion publique ont cependant eu raison de la gourmandise des banques concernées. Dans un communiqué, le groupe BPCE a annoncé qu'il allait faire marche arrière.

« Conscient de la complexité de la tarification actuelle des commissions d'intervention et des incompréhensions qu'elle a pu susciter, le groupe BPCE annonce engager une évolution et une simplification de son dispositif », écrit l'établissement. « Le nouveau dispositif de tarification des commissions d'intervention, en cours d'élaboration, sera plus lisible et permettra de prendre en compte en priorité toutes les opérations créditrices de la journée avant imputation des opérations débitrices ». Un pas en avant qui pourrait être suivi par d'autres banques : le Crédit Mutuel aussi emploierait le même genre de pratiques.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : banques

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art market



Les entretiens du JDE

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"








Opinion

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !
Depuis des années, nous entendons parler de la fin du monde. Les gaz à effet de serre produits par les pays industriels aboutiraient à terme à la disparition de la vie sur terre. Il faudrait donc changer de mode de vie pour sauver la planète. On nous le répète à longueur de journée. Entre vivre et conduire, on choisit vite.

Jacques Debonsens











Rss
Twitter
Facebook