Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Gaumont se désengage des salles de cinéma





Le 1 Mars 2017, par

Gaumont souhaite se désengager de son activité d'exploitation de salles de cinéma. L'entreprise entend céder les 34% de sa participation dans la société Les Cinémas Gaumont Pathé.


Cette opération de cession représente 380 millions d'euros. La société Les Cinémas Gaumont Pathé compte 108 salles réparties en France, en Belgique, aux Pays-Bas et en Suisse. Elles représentent plus de mille écrans ; l'an dernier, ces salles ont accueilli 67 millions de spectateurs pour un chiffre d'affaires annuel de 743 millions d'euros.

Cette société a été créée en 2001 suite au rapprochement des salles de cinéma Gaumont et Pathé. Gaumont veut désormais se concentrer sur la distribution de films pour la télévision et le cinéma, ainsi que dans la production. Par ailleurs, le groupe veut racheter les parts des actionnaires minoritaires, qui représentent 35% du capital. Gaumont propose 75 euros par action, soit une prime de 30% par rapport au cours de clôture de vendredi dernier.

Depuis, le cours avait été suspendu, et il reprendra dès ce jeudi 2 mars. Nul doute qu'avec une offre pareille, l'action devrait prendre du muscle. L'actionnaire majoritaire de Gaumont, Cinépar (qui détient 65% du capital de l'entreprise), n'aurait pas l'intention de participer à ce rachat d'actions dont le montant est estimé à 125 millions d'euros.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : gaumont

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"









Rss
Twitter
Facebook