Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Hausse de la CSG, baisse des cotisations sociales : un dispositif en deux temps





Le 23 Août 2017, par Olivier Sancerre

C'était l'une des propositions phare du candidat Macron : baisser les cotisations sociales des actifs, une mesure financée par une hausse de la CSG. Un geste fort pour récompenser le travail… mais l'exécution sera plus chaotique que prévu.


Dans un communiqué, le ministère des Comptes publics détaille la bonne nouvelle : « le transfert des cotisations salariales vers la CSG [va] redonner 7 milliards d'euros de pouvoir d'achat aux actifs ». Un « mouvement de redistribution très ambitieux » qui va représenter un gain net de pouvoir d'achat de 1,45% pour tous les salariés, soit « 260 euros par an pour un salarié au SMIC ». Une somme alléchante donc, mais qui sera réalisée « en deux temps ».

La première baisse des cotisations sociales interviendra le 1er janvier comme prévu, mais il faudra attendre l'automne 2018 pour que la seconde baisse soit effective. La hausse de la CSG, de 1,7 point, sera elle bel et bien mise en œuvre dans son intégralité au 1er janvier. Il s'agit en effet pour le gouvernement de réaliser quelques menues économies : les mois qui sépareront les deux baisses des cotisations sociales seront ainsi synonymes d'argent frais en plus pour les finances publiques. Un tour de passe-passe économiquement intéressant, mais qui reste à expliquer politiquement.

Si la hausse de la CSG sera compensée par la baisse des cotisations sociales, seuls les actifs en profiteront. Les retraités paieront un peu plus de cette contribution sociale généralisée, sans en toucher aucun des dividendes. Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie, a bien conscience de cette difficulté et explique aux retraités qu'il s'agit de faire un « effort » pour « récompenser le travail ». Il dit aussi que cette hausse n'est pas un moyen pour alimenter les caisses de l'État : ce dispositif en deux temps y ressemble pourtant beaucoup.



Tags : csg


1.Posté par Michel Leclerc le 26/08/2017 08:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La CSG et la TVA sont nos deux plus gros « investisseurs » à la disposition de la relance de la France. En effet, des prélèvements peuvent se transformer en investissement pour notre économie s’ils sont bien utilisés. Ils permettent aussi de supprimer de nombreuses complexités fiscales. Le Gouvernement prendra-t-il les bonnes décisions ?
http://www.tva-sociale.fr/csg-et-la-tva/

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Minorités d'Orient, les grandes trahies de l'Histoire

OPA du fonds Searchlight sur Latécoère : un nouveau scandale Alstom ?

Frédérique Picard :"j’ai décidé de répertorier les leviers spécifiques qui permettent aux femmes d’oser"

Jean-Louis Scaringella, les taux d’intérêt négatifs ou : « l’euthanasie des rentiers »

La Saga des Audacieux

Pouquoi les ambitions protectionnistes chinoises et américaines frappent la France et l'Europe

Frédéric Verdavaine (Nexity) : « Nous sommes au croisement de nombreux enjeux de société structurants pour l’avenir »

​« L’Etat ne peut pas se transformer en « père fouettard » et réguler avec des mesures très restrictives les acteurs innovants de l’économie collaborative »












Rss
Twitter
Facebook