Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Joon pourrait s’effacer du ciel d’Air France





Le 3 Décembre 2018, par La rédaction

L’avenir de Joon, la compagnie aérienne à bas coûts d’Air France, est en pointillés. Benjamin Smith, le directeur général d’Air France-KLM, estime qu’il y a trop de marques qui gravitent autour de l’entreprise.


Transavia, Hop !, Joon… Trop de compagnies aériennes autour d’Air France, trop de marques différentes, croit Benjamin Smith. La direction du groupe étudie la possibilité de transformer, voire de supprimer, Joon, dernier-né de la compagnie aérienne, dont le modèle économique navigue entre le low cost et le transporteur aérien classique. Joon repose sur des contrats de personnels navigants commerciaux (PNC) moins avantageux que ceux de la maison-mère. Les coûts d’une hôtesse Joon sont de 40% moins élevés que ceux de son homologue d’Air France… Selon l’entreprise, Joon rapporte « beaucoup d’argent » sur les lignes qui lui ont été assignées.

Mais voilà, le nouveau directeur général veut faire le ménage au sein des marques d’Air France. Hop ! Et Joon sont donc sur la sellette. La possibilité d’un arrêt pur et simple des activités de Joon ne serait pas d’actualité, la direction ayant démenti des informations du Figaro sur le sujet. Ce d’autant que le recrutement de nouveaux PNC se poursuit pour Joon, qui comptera bientôt 700 hôtesses et stewards, soit 200 de plus qu’actuellement. 

Joon pourrait intégrer Air France, mais il reste à voir comment seront gérés les contrats de travail des PNC de la compagnie. Pas question en effet d’avoir plusieurs types de contrats pour le même poste au sein d’Air France… Benjamin Smith, qui doit encore présenter son projet pour la compagnie aérienne, est déjà parvenu à ramener la paix sociale au sein du groupe, ce qui n’était pas une sinécure. Une fois qu’il aura soldé l’héritage de son prédécesseur Jean-Marc Janaillac (qui avait créé Joon), il lui faudra relancer la marque.



Tags : Joon

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook