Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L’Equateur confie la moitié de son or à Goldman Sachs





Le 4 Juin 2014, par

La banque centrale équatorienne, dans un communiqué, a annoncé avoir réalisé un prêt de lingots d’or à la banque d’affaire Goldman Sachs en échange de liquidités. Le pays, sur le bord de la faillite, espère ainsi obtenir en retour un gain issu d’investissements réalisés grâce à cet argent liquide et réussir à se sortir de la crise qui le frappe.


cc/flickr/covilha
cc/flickr/covilha
En 2008 l’Equateur avait adopté le dollar américain comme devise renonçant ainsi à sa propre politique monétaire en échange d’une stabilité de devise. Mais les effets de la crise économique mondiale qui ont suivi n’avaient pas forcément été prévus ce qui a conduit le pays au bord de la faillite.
 
Pour tenter de se reprendre et, surtout, pour obtenir un peu de liquidités primordiales pour se sortir de la crise, l’Equateur a donc signé un prêt avec Goldman Sachs. Quelques 55% des réserves d’or du pays, soit 466 000 onces, pour un montant estimé à 580 millions de dollars, iront donc aux mains de Goldman Sachs pendant trois ans. Au bout de cette période, les lingots devraient retourner dans les coffres du pays avec un profit estimé entre 16 et 20 millions de dollars.
 
L’opération ne devrait pas être unique. Selon la banque centrale de Quito, capitale de l’Equateur, il s’agit là « du début d’une nouvelle et permanente stratégie de participation de la banque qui contribuera à de nouvelles opportunités d’investissement ».
 
Selon Bloomberg, ce ne serait d’ailleurs pas la première information du genre en provenance d’Amérique du Sud. En 2013, le Venezuela avait tenté une opération de même genre toujours avec la banque Goldman Sachs pour un montant de 1,68 milliards de dollars. Mais un bouclier de protestation s’était alors soulevé dans le pays contre l’opération ce qui a empêché l’opération de se concrétiser.
 


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook