Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L’Inde, un partenaire de confiance pour les investisseurs français.





Le 15 Novembre 2018, par ThomasLLoyd

En accueillant le « Champion de la Terre », une distinction décernée par l’ONU en septembre dernier, l’aéroport international de Cochin dans le sud de l’Inde, alimenté 100 % à l’énergie solaire, devient un magnifique emblème de la transition énergétique opérée dans cette région du Monde. Cette politique ambitieuse repose sur un socle économique solide. Focus sur les forces en présence.


Photo ThomasLLoyd
Photo ThomasLLoyd
Une croissance économique dopée au commerce international

L’Inde fait partie d’un groupe de pays asiatiques (Chine, Indonésie, Thaïlande, Philippines, Malaisie, Pakistan, Bangladesh, Vietnam et Sri Lanka pour n’en citer que quelques-uns) qui n’ont pas connu une seule année avec un PIB en baisse depuis 2010.

Toute la croissance économique n’est pas — ou ne peut pas être — tirée par l’économie nationale. Pour ne citer qu’un exemple, l’Inde est riche en ressources naturelles, mais n’exploite que très peu ses réserves de pétrole. En effet, sa production de pétrole brut a chuté pour une sixième année consécutive en 2017 — 18 à seulement 35,6 millions de tonnes, elle a donc dû importer 82,8 % de l’ensemble de ses besoins en pétrole. Pendant ce temps, la production de gaz naturel — une contribution essentielle nécessaire à la production d’électricité et aux produits manufacturés dans les industries des engrais et de l’acier — a connu une croissance très marginale au cours de l’année dernière, mais elle est toujours en baisse de plus de 30 % sur les 6 dernières années.

L’un des premiers partenaires de l’Union Européenne

Les quatre principaux partenaires commerciaux de l’UE sont les États-Unis, la Chine, la Suisse et la Russie. Ces pays représentent ensemble 43 % de toutes les exportations de l’UE et 48 % de toutes les importations vers l’UE. En 2017, l’Inde a été la dixième destination des exportations de l’UE avec une part de 2,2 % s’élevant à 42 Md€. Cela la place entre les Émirats arabes unis (43 Md€) et le Mexique (38 Md€). L’Inde a été le neuvième partenaire des importations de l’UE avec une part de 2,4 % s’élevant à 44 Md€. Cela la place entre la Corée du Sud (50 Md€) et le Vietnam (37 Md€).

Un réseau de filiales françaises puissant, déjà sur place

Selon l’ambassade de l’Inde à Paris, la plupart des grands groupes français disposent de filiales en Inde. 39 des entreprises du CAC-40 sont présentes en Inde. Environ 50 à 70 PME sont également présentes dans le pays, essentiellement dans les secteurs mécanique et pharmaceutique. Les entreprises françaises sont présentes dans de nombreux secteurs : services (BNP Paribas, Capgemini, Havas, Sodexo, etc.) ; pharmaceutique-chimique (Arkema, L’Oréal, Sanofi, Total, etc.) ; aéronautique (Airbus, Dassault, Eurocopter, Safran, Thales, etc.) ; agroalimentaire (Bongrain, Danone, Lactalis, Lesaffre, Pernod Ricard, etc.) ; électronique (Crouzet, Gemalto, Oberthur, Safran, STMicroelectronics, etc.) ; mécanique du bâtiment (Alstom, Cermex, Legris Group, Poclain, Sidel, etc.) ; composants électriques (Hager, Legrand, Schneider Electric, etc.) ; automobile (Faurecia, Michelin, Plastic Omnium, Renault, Valeo, etc.).

Les investissements français récemment réalisés en Inde comprennent entre autres des propositions de Decathlon (produits et équipements sportifs), DCNS (services liés à la défense), BNP Paribas (services financiers), Safran (moteurs d’hélicoptères), Solairedirect (énergie solaire), Bolloré Africa Logistics (terminal à conteneurs), Geodis International (manutention de fret) et Louis Dreyfus Armateurs (manutention de fret).

Vous n’êtes pas convaincus ? Prenez le temps de lire l’étude pilotée par Nick Parsons , directeur de la recherche et de la stratégie chez ThomasLloyd.

Article proposé par ThomasLloyd

 



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook