Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L'Opep rehausse modestement la production de pétrole





Le 7 Décembre 2020, par La rédaction

Les prix des carburants à la pompe pourraient poursuivre leur baisse en début d'année prochaine, grâce à un accord de l'Opep et de leurs alliés visant à relancer la production de pétrole malgré une demande faible.


Une consommation de carburants en panne

La pandémie de coronavirus a affecté les pays producteurs de pétrole. Les mesures de confinement et de restriction des déplacements, conjuguées à des hivers plutôt doux, ont fortement réduit la consommation de l'or noir en Europe et aux États-Unis. À tel point que les prix du baril ont été négatifs au printemps : du jamais-vu ! Les pays de l'Opep et leurs alliés ont donc décidé de baisser leur production, afin de soutenir des cours mal en point. Mais malgré une reprise cet été, la deuxième vague a de nouveau paralysé la consommation de pétrole.

Pour les automobilistes, c'est tout bénéfique : les prix à la pompe sont restés modérés, le litre de diesel est ainsi 17 centimes moins cher par rapport au 1er novembre (20 centimes pour le SP95). Par ailleurs, c'est aussi une aubaine pour les consommateurs de fioul pour leur chauffage. Il faut aussi prendre en compte que les stocks, accumulés depuis le printemps (donc au prix le plus intéressant), sont au plus haut et que l'on consomme actuellement le pétrole extrait au printemps.

Relance modeste de la production de pétrole

L'Opep a décidé de relancer la production à partir du mois de janvier, pas de deux millions de barils par jour comme l'organisation l'aurait prévu, mais de 500.000 barils/jour seulement. Pas de quoi faire remonter les prix du pétrole pour les consommateurs, même si les cours de référence ont bien accueilli la nouvelle. La demande reste encore faible tandis que la production augmente : les prix des carburants devraient donc rester modérés au moins durant les premiers mois de l'année prochaine, et même baisser encore au moins jusqu'au printemps et la vaccination à grande échelle.

Les pays producteurs ne pouvaient plus tenir la politique mise en place au printemps pour soutenir les cours. Ils ont eux aussi besoin de refaire leur trésorerie, dans un contexte où la Libye a repris sa production. Quitte à vendre des barils à prix modestes pendant plusieurs semaines, au grand bénéfice des pays consommateurs qui vont bénéficier d'un pétrole bon marché durant la reprise économique attendue l'année prochaine.



Tags : pétrole

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"














Rss
Twitter
Facebook