Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La France sort du top 20 des pays où il fait bon vivre





Le 23 Décembre 2015, par

S’il est toujours aussi agréable de vivre en France, il y a bien d’autres pays où il fait bon vivre également. À tel point que l’Hexagone a été éjecté du top 20 de l’indice du développement humain de l’ONU.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
Ce baromètre, établi par l’Organisation des nations unies, mesure le développement humain selon plusieurs critères : les connaissances acquises tout au long du processus éducatif, le niveau de vie, l’espérance de vie, le système de santé, l’environnement et la qualité de vie, la sécurité et le respect des droits de l’homme… Un ensemble qualitatif plutôt que quantitatif qui impliquent des mesures parfois subjectives.

Quoi qu’il en soit, la France ne fait plus partie du top 20 des pays où la vie est agréable. En 1995, l’Hexagone figurait dans les deux premières places, une position qui s’est dégradée avec le temps — même si en 2005, la France restait dans le top 10. Le classement 2015 place la France à la 22e place, alors qu’elle était 20e l’an dernier.

Le pays doit laisser sa place au Japon, 20e, et à la Belgique, 21e. Le trio de tête ne change pas par rapport à l’an dernier, avec la Norvège, l’Australie et la Suisse sur le podium.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : onu

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook