Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La gamme i, ou comment BMW passe au vert





Le 27 Septembre 2013

A l’occasion du dernier salon de Francfort, la firme bavaroise a présenté sa nouvelle gamme de véhicules électriques, avec l’i3 et i8. Cette présentation s’inscrit dans la continuité de la mutation automobile actuelle, s’orientant de plus en plus vers l’hybride ou le tout électrique. En lançant deux modèles presque simultanément, les i3 et i8, BMW frappe un grand coup et laisse suggérer ainsi le développement de toute une nouvelle gamme tout-électrique et hybride.


L’innovation par l’électrique

La gamme i, ou comment BMW passe au vert
Les nouvelles BMW i3 et i8 présentées dans leur modèle de série au salon de Francfort traduise la volonté de renouveau et d’innovation du constructeur allemand. En effet, l’i3 constitue le premier véhicule électrique commercialisé par la marque. Résolument adressée aux citadins, cette automobile affiche tout de même 170 chevaux pour une autonomie allant de 130 à 160 km, ce qui reste un standard dans ce type de véhicule. Mais là où BMW innove, c’est surtout dans le poids : à peine plus d’une tonne, un record pour une électrique atteint grâce à l’utilisation de nouveaux matériaux. Le prolongateur d’autonomie risque également de faire sensation, dans la mesure où il permet de pratiquement la multiplier par deux. Il  prend la forme d’un petit moteur essence à la cylindrée de 650 cc pour une puissance d’environ 35 ch. Il faudra, pour se l’offrir, débourser 4700 euros en plus des 28 000 annoncés pour l’i3.

La très sportive i8, prévue pour les débuts de 2014, prend quant à elle la forme d’un coupé hybride futuriste. Soucieux de toujours viser un segment de clientèle premium, BMW propose avec ce véhicule les sensations d’une voiture de grand tourisme ultra moderne et une émission de gaz d’échappement considérablement réduite, grâce notamment à une combinaison de moteur thermique-électrique revendiquant 223 ch et atteindrait les 100 km/h en moins de 5 secondes, le tout pour 100 000 euros. Mais c’est surtout dans la technologie que BMW illustre le mieux ses nouvelles ambitions, en multipliant notamment les aides à la conduite, au stationnement et au partage d’information entre propriétaires de la gamme i.

Un traitement premium des commandes

Alors que ses modèles ne sont pas encore sortis, BMW propose d’ores et déjà à ses clients de réserver leur modèle i3 ou i8 "Une fois le formulaire envoyé, une place prioritaire sur la chaîne de production lui est assurée. Le client ayant pré-réservé finalisera ensuite la configuration de son véhicule avec son agent BMW i", assure la marque. L’objectif apparait donc clair ici : faire de l’électrique et de l’hybride un segment à part tout en restant fidèle à l’identité d’une marque qui se caractérise déjà par son affirmation du luxe. Avec ces deux premiers modèles, la dynamique semble bien lancée.



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur



Les entretiens du JDE

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »

« Accueillir c’est protéger ! » par Frédéric Giqueaux

Karine Schrenzel, PDG des 3 Suisses : « L’envie d’entreprendre est un sentiment que j’ai toujours porté en moi »










Rss
Twitter
Facebook