Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La grève à la SNCF coûte 400 millions d'euros





Le 1 Juin 2018, par

Le mouvement social entamé début avril à la SNCF a un coût pour l'entreprise. Et à chaque épisode de grève, il revient de plus en plus cher, bien sûr, même avec la mobilisation en baisse.


Selon les calculs de la SNCF, le mouvement des cheminots contre la réforme ferroviaire représentera mi-juin un coût de 400 millions d'euros depuis le lancement de cette grève par intermittence. Début avril, Guillaume Pepy le PDG de l'entreprise avait estimé que chaque jour de blocage revenait à 20 millions d'euros ; dans les faits, le mouvement reviendra moins cher et pour une bonne raison : le nombre de grévistes étant en baisse, les trains sont plus nombreux à rouler ce qui limite le coût de la grève. Ce sont 8 000 trains qui circulent en effet désormais, contre 3 000 au début du mouvement.

La SNCF précise qu'elle doit encore affiner son calcul. Mais il est clair que ce mouvemente de grève va coûter cher, ce d'autant plus que le groupe a annoncé des mesures exceptionnelles pour attirer de nouveau les voyageurs dans ses trains : prix des billets en baisse, réduction des abonnements, et tout récemment la prolongation automatique et gratuit d'un mois pour les titulaires de la carte Fréquence. La SNCF doit aussi s'engager dans des gains de productivité après le vote de la réforme qui interviendra en juin.

L'entreprise n'en est pas encore rendue là. Elle va en effet essuyer une nouvelle séquence de grève, le treizième du genre, ces samedi et dimanche 2 et 3 juin. En début de semaine, le taux de grévistes était de 14% environ, soit tout en bas de la fourchette. Le 22 mars, durant une journée de mobilisation spécifique, la grève avait été suivie à 35%. Et ce taux pourrait bien descendre encore si jamais les syndicats réformistes (CFDT et Unsa) décident de ranger les banderoles mi-juin.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : SNCF

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »










Rss
Twitter
Facebook