Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La marque Zodiac se fond dans Safran





Le 1 Décembre 2018, par

Le groupe Safran a une grosse ambition : devenir le premier équipementier aéronautique au monde d’ici 15 ans. Un pari qui passe par des investissements massifs dans la recherche et le développement, et par l’absorption des activités de Zodiac.


Cette semaine, l’assemblée générale des actionnaires a voté à une écrasante majorité (99,88% !) l’intégration des activités de Zodiac au sein de Safran. Cela va passer par la disparition de la marque Zodiac ce 1er décembre, au profit de celle de Safran. Toutes les filiales de l’entreprise vont y passer, à l’exception de quelques unes dont les activités ne cadrent pas avec la feuille de route de Safran, comme les pansements Novesil par exemple.

Pour supplanter le numéro un du secteur, l’américain United Technologies, Safran mise sur les investissements dans la recherche et le développement : ils vont augmenter de 30%. Le groupe, qui produit des équipements de cabines, des systèmes électriques, des trains d’atterrissage ou encore des moteurs, va appuyer une bonne partie de sa croissance sur le projet de nouvel avion de taille moyenne en développement chez Boeing. En attendant, Safran va devoir compléter son intégration de Zodiac, qui sera d’ailleurs la dernière acquisition d’importance de l’entreprise avant longtemps.

Là aussi, il s’agit d’un défi pour les équipes de Safran. La culture de gestion de Zodiac, « à l’ancienne » est aux antipodes de celle de son propriétaire. Le groupe a dépêché des équipes dans les principaux lieux de production de Zodiac afin que ce dernier accorde ses violons sur la partition de Safran. Cela prendra deux ans, plus longtemps que prévu. Une fois ces ajustements terminés, cela permettra de dégager 200 millions d’euros d’économies. À terme, Safran veut générer un chiffre d’affaires de 20 milliards d’euros…


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : safran

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook