Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La montgolfière tricolore du Chic Français : l'incontournable du "Fabriqué en France"





Le 28 Novembre 2020, par La Rédaction

Tandis que le « Made in France » est en plein boom, les études révèlent que les consommateurs sont de plus en plus sensibles à la provenance des produits, et voudraient consommer moins… mais mieux. Après un fort déclin de l'industrie textile française au cours de ces trente dernières années, nous assistons, grâce à des entrepreneurs courageux et talentueux, au retour de produits qui étaient de moins en moins fabriqués dans l'Hexagone.
Avec son nom, et son logo bien « de chez nous », découvrons aujourd'hui Le Chic Français, qui, revendique de porter haut la qualité et le savoir-faire de notre pays.
Rencontre avec son fondateur et patron, Christophe de Villeblanche.


La montgolfière tricolore du Chic Français : l'incontournable du "Fabriqué en France"
Christophe de Villeblanche, vous êtes le fondateur de la marque Le Chic Français, héritière d'une douzaine d'années d'expérience « 100% Made in France », pouvez-vous nous en dire plus ? 
 
Tout a démarré en 2008, avec une bande d'amis étudiants d'HEC qui décident de créer une marque de chaussettes qu’ils font fabriquer dans une usine de Bourgogne. Ils l'appellent Saint Crespin, du nom du patron des cordonniers. Et parce qu’ils les veulent chics et confortables, ils misent sur le fil d’Ecosse, réputé pour sa souplesse et sa résistance. Ils décident aussi de révolutionner l’univers de la chaussette avec une invention toute bête, encore fallait-il y penser : ils équipent les chaussettes d’un bouton-pression permettant de clipper chaque chaussette avec sa moitié, et d’éviter ainsi dépareillage et chaussette célibataire.

L'aventure ne fait donc que commencer ... ? 
 
En effet, 3 ans après, en 2011, ce sont les polos et marinières de la marque Mon Petit Polo Français qui apparaissent, avec toujours la recherche d’une qualité irréprochable et le souci du détail : la finition originale, et le choix des matières, françaises, jusqu'aux étiquettes et aux emballages. 
Suivent ensuite les boutons de manchettes originaux d'Une Autre Paire de Manches, et les ceintures tressées de Belt52 en 2012. 

"Le Chic" naît donc du regroupement de plusieurs marques ? 
 
Partageant d'un côté la même passion de l’élégance et du savoir-faire de notre pays, et de l'autre les mêmes préoccupations entrepreneuriales, l’union fait la force : ces jolies marques, initialement mono-produits, décident de poursuivre leur essor prometteur en s’associant, et unissent leurs talents. C’est ainsi qu’en 2017, à l’occasion du Salon du Made in France à Paris, naît Le Chic Français, fusionnant toutes ces créations «100% Made in France» sous ce même étendard. Pour être plus visible et donc commercialement plus fort. 
 

Coté garanties et traçabilité, que proposez-vous au consommateur ?  

Nous avons fait le choix, au fur et à mesure de leur apparition, de faire certifier, nos gammes "Origine France Garantie" par l'AFNOR. Nous mettons un point d’honneur à travailler avec des usines et ateliers pratiquement tous labellisés "Entreprise du Patrimoine Vivant" parce qu'ils perpétuent un savoir-faire familial, jusqu’à une période récente encore  menacé, mais dont nous avons de bonnes raisons de croire qu’il peut être sauvé, si la tendance actuelle se poursuit.  Nous avons d'ailleurs plaisir à partager régulièrement sur nos réseaux sociaux des photos des artisans, dans les ateliers, qui fabriquent nos produits.
 

Quelles sont vos « dernières actualités » ?
 
Bien sûr, 2020 est une année quelque peu particulière, avec énormément d'annulations d 'événements, néanmoins, l'année demeure riche d'actualités positives pour Le Chic Français !

La marque a été sélectionnée par le BHV – Galeries Lafayette pour établir un corner temporaire à la fin de l'hiver dernier, puis en Juin 2020 c'est l'icône de la mode Inès de La Fressange qui a choisi Le Chic Français pour garnir ses milliers de coffrets cadeaux. 
Pour compléter les indémodables du vestiaire chic, c'est aussi l'année du lancement du chemisier féminin à poignets mousquetaires, du traditionnel pull marin en laine, de la capeline. C’est aussi elle où nous combinons élégance des accessoires et mécaniques de précison, avec des gammes de boutons de manchettes de luxe, sertis de véritables mécanismes d'horlogerie issus de montres des maisons Jaeger LeCoultre, Audemars Piguet, Longines, Oméga et d'autres, en partenariat avec Une Autre Paire De Manches. Cette marque s’affirme comme un véritable expert du bouton de manchettes, avec pas moins de1500 références proposées.

Ce sont également de nouvelles boutiques et des chaînes de magasins qui ont décidé de proposer nos produits, des institutions et de grandes entreprises françaises qui nous en commandent, et aussi … des recrutements ! Nous sommes en effet heureux et fiers de créer plusieurs emplois alors même que les défis sont innombrables cette année ! 
 

Pouvez-vous nous parler de quelques-uns de vos produits emblématiques ?
 
Bien sûr, je rappellerai volontiers la chaussette solide et imperdable que j'ai déjà évoquée, ainsi que les semainiers : une paire pour chaque jour de la semaine.
 
Mais on pourrait dire que la fameuse marinière tricolore est le véritable produit emblématique de la marque, qui fut la première à oser le bleu-blanc-rouge. Ce côté cocardier reflète l'esprit de notre enseigne, au service des savoir-faire français.
 
Je mettrais en avant, ensuite, nos jolies ceintures, fabriquées dans le Tarn. Élastiques, elles s'adaptent à la silhouette : elles ont en effet été initialement conçues pour les golfeurs afin d'apporter un meilleur confort dans le mouvement !
Et pour finir, puisque l'hiver approche le chèche en coton fabriqué dans les Vosges.
 

Christophe de Villeblanche, fondateur et patron de l'enseigne "Le Chic Français"
Christophe de Villeblanche, fondateur et patron de l'enseigne "Le Chic Français"
Votre marque semble avoir choisi de privilégier des collections intemporelles, est-ce un choix de votre part ?
 
Sans conteste, oui. Nous avons adopté une approche plutôt à rebours de la « fast-fashion ». La mode du vêtement jetable, rapidement dépassé, ne correspond pas à notre état d'esprit. Nous préférons des produits durables et indémodables, conçus avec des matières naturelles, et agrémentés de finitions de qualité et de détails originaux. 

Je pense que cela nous positionne clairement, pour utiliser des termes à la mode, en tant qu'acteur du patriotisme économique, et de l'économie durable. D’autant que ce qui est fabriqué et distribué en France a un impact environnemental, comme le coût carbone des transports, bien inférieur aux importations massives depuis l’Asie par exemple. Il faut rompre avec la mode du jetable venu d’ailleurs, et s’attacher à ce qui dure et qui est fait chez nous.
 




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook