Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le coût de la grève à la SNCF : 14 millions d'euros par jour





Le 16 Juin 2014, par

La grève à la SNCF a été reconduite pour le septième jour consécutif. Une situation de plus en plus ubuesque étant donné l'impopularité du mouvement et la volonté ferme du gouvernement de poursuivre l'examen de la réforme ferroviaire.


(c) Shutterstock/EconomieMatin
(c) Shutterstock/EconomieMatin
Guillaume Pépy, le président de la SNCF, a estimé que le coût de la grève avoisinait les 80 millions d'euros jusqu'à présent — une somme qui devrait encore augmenter avec ce septième jour annoncé. À 14 millions d'euros le jour de grève, elle pourrait dépasser les 100 millions.
 
Le manque à gagner se situe entre 40 à 50 millions d'euros, et ça n'est pas tout : il faudra aussi compter sur l'indemnisation des abonnés suite au mouvement, soit 20% de réduction sur le prix du coupon mensuel. « Et si par malheur, la grève continuait, Elle passerait à 33%, soit un tiers de réduction du prix du billet », a ajouté Pépy. Un geste qui pourrait représenter une trentaine de millions supplémentaires.
 
Il faudra ensuite calculer combien cette grève de la SNCF a fait perdre à l'économie tout court. Mais pour l'entreprise, il s'agit d'ores et déjà du mouvement le plus coûteux depuis 2001, où la grève avait duré deux semaines et coûté l'équivalent de 145 millions.
 
Le mouvement est désormais tenu par les jusqu'au-boutistes de la CGT et de SUD-Rail. « 80% des cheminots travaillent aujourd'hui. On parle beaucoup des grévistes, on parle très peu de ceux qui sont mobilisés aujourd'hui pour servir les clients », a déclaré Pépy.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »










Rss
Twitter
Facebook