Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le coût élevé de la contrebande d’alcool





Le 26 Juillet 2016, par

Tout comme pour les cigarettes ou les marques de luxe, la contrefaçon d’alcool a un impact sérieux sur l’économie réelle. L’Office de l'Union européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO) a publié un rapport alarmant sur ce sujet.


D’après cette étude, la contrefaçon de vins et spiritueux dans l’Union européenne représente un coût de 1,3 milliard d’euros aux entreprises concernées tous les ans. « 4,4 % des ventes légitimes de spiritueux et 2,3 % des ventes légitimes de vins sont perdues chaque année en raison de la contrefaçon de boissons alcooliques », précise le rapport qui explique également que cette perte pour le secteur représente plus de 20 000 emplois : 4 800 emplois directs et 18 500 emplis indirects.

Mais les entreprises du secteur ne sont pas les seules à souffrir de la contrebande. Les États également perdent beaucoup d’argent : 1,2 milliard d’euros de recettes publiques (impôt sur les revenus, TVA, cotisations de sécurité sociale…) s’envolent chaque année.

C’est l’Espagne qui est la plus frappée par la contrebande puisque les sociétés du secteur perdent tous les ans 263 millions d’euros, et les caisses publiques 90 millions. La France perd de son côté 136 millions pour les entreprises, et 100 millions pour le Trésor.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : alcool

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré

Les enjeux de la délégation de pouvoirs

Risque Amiante : le point sur les nouvelles obligations avec SET Environnement

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"
















Rss
Twitter
Facebook