Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le gouvernement appelé en renfort sur le dossier Casino





Le 30 Août 2019, par La Rédaction

En dépit des plans de désendettement successifs et de la mise sous sauvegarde de la holding de tête, le groupe Casino reste une cible pour les vendeurs à découvert rôdant sur les marchés financiers. Mobilisés derrière la direction pour passer ce cap difficile, les syndicats ont sollicité un rendez-vous avec le Premier ministre pour inciter le gouvernement à s’emparer du dossier et prendre enfin en considération le sort des 75 000 salariés du groupe.


Des fonds activistes sur la défensive

Carson Block, le patron de Muddy Waters, n’est pas satisfait, lui qui avait parié sur une baisse drastique et rapide du cours de l’action Casino sur les marchés. Certes, depuis 2015, date des premières attaques par le chef de file des vendeurs à découvert (VAD), les coups ont porté, et le titre a chuté, lourdement parfois. Mais pas suffisamment encore pour tous ceux qui espéraient se rémunérer grassement sur le dos du distributeur stéphanois. Pire encore, le groupe français a osé riposter et placer plusieurs des holdings de tête en procédure de sauvegarde en mai 2019, prenant ainsi de court la dernière offensive en date sur les marchés financiers.

Sans équivalent dans le droit des sociétés anglo-saxon, la procédure de sauvegarde a mis le groupe à l’abri plusieurs mois, le temps de rééchelonner la dette restante ou de renégocier son règlement avec les créanciers. Cette spécificité française, confondue outre-Atlantique avec le Chapter-11 ou la mise en faillite, devrait permettre au groupe de poursuivre son activité et de franchir l’obstacle, sans conséquence sociale d’ampleur. Cette décision avait d’ailleurs alors été saluée par les syndicats du groupe comme la meilleure chose à faire à ce moment-là, en parallèle des plans de cessions destinés à alléger la dette du groupe.

Mobilisation syndicale

Mais une fois passée la sidération, les hostilités ont repris dans les salles de cotation, contraignant le groupe à accélérer son plan de désendettement et à annoncer un nouveau plan de cessions de 2 milliards d’euros le 20 aout 2019. C’est dans ce contexte que les syndicats du groupe, FO en tête ont souhaité d’une part rencontré la direction, mais aussi les ministres de l’économie et du travail, ainsi que le premier ministre. « Nous souhaitons déjà faire entendre au gouvernement les inquiétudes des salariés que nous représentons. […] Peut-être est-il temps que le gouvernement et le parlement s’emparent du sujet des ventes à découvert et durcissent la législation pour prévenir une casse sociale sans précédent et la destruction d’un fleuron national. C’est maintenant au gouvernement de s’engager sur le dossier Casino », explique Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino, sur Economie Matin.

Dénonçant la « finance sans visage », la déléguée syndicale du premier syndicat du groupe Casino souhaite aussi alerter les pouvoirs publics sur les conséquences économiques et sociales qu’aurait l’absorption de Casino par un concurrent, « une casse sociale sans équivalent de mémoire de syndicalistes ». Cette inquiétude n’est pas dénuée de fondements, et bien que le nom de Carrefour ne soit jamais prononcé, l’intérêt du numéro un français de la grande distribution pour Casino, n’est un secret pour personne. Or, la fusion un temps évoqué entre Carrefour et Casino s’accompagnerait inévitablement de fermetures massives de magasins dans les zones où les enseignes sont aujourd’hui en concurrence. « Tous les salariés du secteur de la grande distribution ont encore en tête l’épisode Dia : 250 magasins fermés et plusieurs milliers de salariés sur le carreau », rappelle ainsi à dessein Laurence Gilardo. Ce que demandent aujourd’hui les syndicats, c’est l’implication du gouvernement sur ce dossier, pour protéger un fleuron national, notamment propriétaire de Cdiscount, seul concurrent crédible d’Amazon en France, et les 75 000 emplois qu’il représente.

Un groupe solide

Le groupe Casino n’est pas cette entreprise moribonde telle qu’elle nous est présentée sur les marchés financiers, loin de là ; en atteste d’ailleurs la remontée actuelle de la valeur du titre. En cours de désendettement, diversifié, présent sur les créneaux porteurs, comme le e-commerce et les formats de proximité, le groupe Casino est probablement le groupe français de grande distribution le mieux préparé à affronter les mutations actuelles du secteur et la crise du modèle de l’hypermarché.

Obnubilés par l’endettement, pourtant en constante diminution depuis deux ans, les fonds d’investissement qui « shortent » des titres Casino ont au moins négligé deux choses : les fondamentaux opérationnels du groupe sont sains, comme l’attestent les résultats publiés tout au long de l’année, et à la tête du groupe se trouve un homme, Jean-Charles Naouri, qui n’a pas l’intention de se laisser faire et de voir démanteler le groupe qu’il a porté sur les fonds baptismaux.

Renfort inattendu, l’AMF a également fait part de ses doutes sur la légalité des pratiques de certains short-sellers, apportant de l’eau au moulin de ceux qui militent pour un encadrement bien plus strict des VADeurs, dans le jargon boursier. Comme le résume sur Forbes   Caroline Ruellan, présidente de SONJ Conseil, « En achetant à découvert un titre dont l’entreprise est sous haute tension financière, Muddy Waters Research non seulement ne crée pas de valeur, mais contribue à l’affaissement de l’entreprise, affaissement préjudiciable pour tous les actionnaires. Car si l’achat à découvert enrichi le fonds, il aggrave la fragilité de l’émetteur et contribue à appauvrir les actionnaires. » La pratique est bien encore légale, mais clairement de plus en plus discutable et discutée. Surtout, elle menace directement une entreprise française et les dizaines de milliers d’emplois qu’elle génère. Qu’attend donc le gouvernement pour se pencher sérieusement sur la question ?





1.Posté par salarié casino le 31/08/2019 21:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je suis salarié depuis plus de 20 ans du groupe casino et je me sens pas du tout représenté par la direction du groupe Casino ainsi que par les syndicats. La situation que nous vivons n'est pas liée aux fonds vautours, mais c'est le résultat de la politique et la stratégie de notre PDG. Oui il y a des problèmes et ils sont nombreux. Notre PDG est un financier et non un commerçant. Si une chose doit être faite c'est de gérer ce groupe comme une entreprise du commerce et plus comme une banque.

2.Posté par Lapone le 01/09/2019 13:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J y suis depuis 13 ans . Que caferme franchement vu nos conditions de travail hyper réduites.

3.Posté par Salarié Cdiscount le 02/09/2019 09:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Casino qui se plaint de la finance, c'est un peu grossier...
Voir le commerce (Leclerc, Lidl, Intermarché) gagner des batailles est plutôt réjouissant.
Naouri est certes doué pour la chose mathématique mais sacrément à la rue lorsqu'il s'agit de vision, d'anticipation et de compréhension des clients.

4.Posté par Disrupter le 02/09/2019 17:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La grande distri c'est bien moqué de ses clients pendants plusieurs décennies, juste retour de bâton quand on veut toujours gagné plus sur le dos des consommateurs et des producteurs. Ancien salarié de l'entreprise stéphanoise pendant 17 ans je ne suis pas surpris par la situation actuelle, elle qui à mis dehors de nombreux cadres à grand coût de chéquier (plan sociale dissimulé). Un rapprochement avec un autre acteur ne serait que reculé pour mieux sauter, la grande distri est en train de disrupter et tout va plus vite au grand jeu des profits, les consommateurs n'en veulent plus, le modèle de proximité ne durera qu'un temps, le temps que les grand centre commerçiaux (mall) disparaissent.
Salariés c'est le moment de fuire, il n'y a pas que la grand distri, il n'y a regarder ce qu'il se passe aux Etats-Unis avec la fermeture des malls en masse, de nombreuses chaine de magasins ferment leur boutique situé dans les centres commerçiaux. Ce modèle économique est MORT.
GAME OVER

5.Posté par Ancien cadre dirigeant le 03/09/2019 12:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cet article semble avoir été rédigé par la direction de Casino.
Ce ne sont pas les fonds qui sont responsables des déboires de ce groupe mais bien la direction qui a été mise en place à partir de 2005 et qui a détruit le groupe.
La direction va profiter de la mise sous sauvegarde pour se débarrasser de Casino St. Etienne et pour garder les pépites (CDiscount, Monoprix, Brésil)

6.Posté par Bye bye le 03/09/2019 17:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La naïveté des syndicats est touchante et cet article navrant. C'est Naouri, à force de jouer au poker, qui est entièrement responsable de la situation, pas les fonds. Ce groupe se comporte depuis des années comme un prédateur flinguant tout autour de lui, avec des pratiques de voyou. Que Naouri parte et que le groupe soit recomposé.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​« L’Etat ne peut pas se transformer en « père fouettard » et réguler avec des mesures très restrictives les acteurs innovants de l’économie collaborative »

"Les collectivités territoriales sont nos partenaires privilégiés." Carmen Munoz, Directrice Générale de Citelum

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?










Rss
Twitter
Facebook