Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le groupe Pathé voudrait reprendre Europacorp





Le 30 Mai 2019, par La rédaction

Toujours fragilisé par la déception « Valérian », Europacorp cherche un chevalier blanc. Le studio de cinéma de Luc Besson pourrait être repris par Pathé.


Durant l’exercice 2018-2019, Europacorp a accusé une baisse de 33% de son chiffre d’affaires qui s’est monté à 148,7 millions d’euros. Un coup dur pour l’entreprise, qui paie toujours le flop relatif de « Valérian et la Cité des mille planètes », le dernier blockbuster de Luc Besson. La situation financière est telle que l’entreprise s’est placé en procédure de sauvegarde au mois de mai, une position qui lui permettra de tenir six mois à l’abri des créanciers. Ces derniers détiennent l’importante dette de l’entreprise : 138 millions d’euros de dette senior, plus 80 millions de dette junior. Les temps sont donc difficiles pour le studio de cinéma.

D’après Les Echos, Pathé pourrait venir au secours d’Europacorp. Les deux entreprises ont confirmé la tenue de discussions. Le studio explique dans un communiqué : « Le groupe Pathé a marqué son intérêt pour une éventuelle prise de participation au capital ». Une marque d’intérêt « non engageante » qui est soumise à la réalisation de plusieurs conditions préalables, en particulier la « restructuration des dettes existantes ». Les deux groupes se connaissent bien : en 2016, Pathé faisait l’acquisition des salles de cinéma d’Europacorp.

De plus, les deux entreprises codistribuent trois des cinq films annuels du studio. Dont « Anna », le prochain film de Luc Besson, qui en cas de succès pourrait relancer l’intérêt d’éventuels repreneurs pour Europacorp. Pathé pourrait donc être pressé par le temps pour éviter de se faire souffler la société du réalisateur. À moins que cette dernière veuille se vendre par appartements, au risque de perdre en valeur si jamais le catalogue de films est vendu à part.



Tags : cinéma

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook