Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le robot misogyne de recrutement d'Amazon





Le 11 Octobre 2018, par

Pour faciliter le recrutement de ses collaborateurs, Amazon avait mis au point un système permettant de départager les candidatures. Un programme basé sur l'intelligence artificielle… qui excluait les femmes !


Cette intelligence artificielle, créée en 2014, notait les candidatures reçues pour des postes de développeurs logiciel et autres postes orientés techniques. Des emplois dominés par des profils masculins, et c'est pourquoi ce robot a écarté les curriculum vitae de femmes pendant trois ans ! Si les CV ne font pas mention du sexe du candidat, des indices peuvent laisser deviner qu'il s'agit d'une femme, par exemple s'il est marqué dans les hobbies « présidente du club d'échecs ». Or, puisque les femmes ne représentent qu'une faible part de ce type d'emplois, l'intelligence artificielle leur attribuait une mauvaise note d'emblée.

Amazon nourrissait de grandes ambitions dans ce programme : les ressources humaines voulaient que ce moteur puisse enregistrer une centaine de CV pour n'en ressortir que les cinq susceptibles par la suite d'être embauchés. Un « Graal », selon une des sources qui a révélé l'affaire. L'entreprise a bien tenté par la suite de rectifier le tir en élargissant les critères, rien n'y a fait, et finalement Amazon a décidé d'arrêter les frais. L'équipe en charge de cette intelligence artificielle, pas si intelligente finalement, a été dissoute.

Cette histoire, qui intervient à un moment de libération de la parole des femmes, tombe donc plutôt mal pour Amazon. Elle rappelle aussi qu'il importe de conserver un œil humain sur des processus automatisés ; parfois, ces derniers peuvent dérailler en s'inspirant du pire…


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : Amazon

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré

Les enjeux de la délégation de pouvoirs

















Rss
Twitter
Facebook