Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les intérêts du trou de la Sécu coûtent cher





Le 13 Décembre 2017, par

La dette de la Sécurité sociale coûte cher, très cher. La Caisse d'amortissement de la dette sociale (Cades) a publié des chiffres qui montrent à quel point le fameux « trou de la Sécu » est un poids pour l'ensemble de l'économie.


La Cades a été créée en 1996, avec pour mission de boucher le trou de la Sécurité sociale à l'horizon 2024, a indiqué avoir versé 139,5 milliards d'euros pour le remboursement de la dette à proprement parler. À ce montant s'ajoute celui des intérêts de cette dette : ils se montent à 51,6 milliards d'euros ! Les intérêts représentent 27% du total, ce qui est « élevé », convient Jean-Louis Rey le président de la Caisse. Il souligne toutefois que la dette coûte aujourd'hui moins cher grâce aux taux d'emprunt qui ont chuté depuis la crise financière.

En 21 ans, la Cades a donc versé plus de 191 milliards, qui proviennent du Fonds de réserve pour les retraites, de la CRDS (contribution au remboursement de la dette sociale) et de la CSG (contribution sociale généralisée). La caisse procédant à des opérations à « taux négatif », la dette reviendra moins cher mais en attendant, il lui faudra tout de même verser 2 milliards d'euros l'année prochaine à ses créanciers. Toutefois, si les taux ne remontent pas d'ici 2024, le montant total des intérêts devraient se maintenir autour de 63 ou 64 milliards d'euros.

Un mal pour un bien ? Sans doute… Le déficit général de la Sécurité sociale devrait s'établir à -0,8 milliard d'euros cette année, contre 4,1 milliards en 2016 et 13,3 milliards en 2012. Quant au déficit global, il s'établira à 4,4 milliards en 2017, contre 7,8 milliards l'an dernier et 17,5 milliards en 2012. Les choses progressent donc plutôt dans le bon sens, même si cela coûte cher.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »










Rss
Twitter
Facebook