Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les intérêts du trou de la Sécu coûtent cher





Le 13 Décembre 2017, par

La dette de la Sécurité sociale coûte cher, très cher. La Caisse d'amortissement de la dette sociale (Cades) a publié des chiffres qui montrent à quel point le fameux « trou de la Sécu » est un poids pour l'ensemble de l'économie.


La Cades a été créée en 1996, avec pour mission de boucher le trou de la Sécurité sociale à l'horizon 2024, a indiqué avoir versé 139,5 milliards d'euros pour le remboursement de la dette à proprement parler. À ce montant s'ajoute celui des intérêts de cette dette : ils se montent à 51,6 milliards d'euros ! Les intérêts représentent 27% du total, ce qui est « élevé », convient Jean-Louis Rey le président de la Caisse. Il souligne toutefois que la dette coûte aujourd'hui moins cher grâce aux taux d'emprunt qui ont chuté depuis la crise financière.

En 21 ans, la Cades a donc versé plus de 191 milliards, qui proviennent du Fonds de réserve pour les retraites, de la CRDS (contribution au remboursement de la dette sociale) et de la CSG (contribution sociale généralisée). La caisse procédant à des opérations à « taux négatif », la dette reviendra moins cher mais en attendant, il lui faudra tout de même verser 2 milliards d'euros l'année prochaine à ses créanciers. Toutefois, si les taux ne remontent pas d'ici 2024, le montant total des intérêts devraient se maintenir autour de 63 ou 64 milliards d'euros.

Un mal pour un bien ? Sans doute… Le déficit général de la Sécurité sociale devrait s'établir à -0,8 milliard d'euros cette année, contre 4,1 milliards en 2016 et 13,3 milliards en 2012. Quant au déficit global, il s'établira à 4,4 milliards en 2017, contre 7,8 milliards l'an dernier et 17,5 milliards en 2012. Les choses progressent donc plutôt dans le bon sens, même si cela coûte cher.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art market



Les entretiens du JDE

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"








Opinion

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !
Depuis des années, nous entendons parler de la fin du monde. Les gaz à effet de serre produits par les pays industriels aboutiraient à terme à la disparition de la vie sur terre. Il faudrait donc changer de mode de vie pour sauver la planète. On nous le répète à longueur de journée. Entre vivre et conduire, on choisit vite.

Jacques Debonsens











Rss
Twitter
Facebook