Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Liquidation judiciaire de Camaïeu : une prime de 6.000 euros pour les salariés





Le 18 Octobre 2022, par François Lapierre

Les salariés de Camaïeu savent désormais ce qui les attend après le placement en liquidation de l'enseigne fin septembre. Le plan de sauvegarde de l'emploi précise en effet les mesures de soutien dont ils bénéficieront.


Le plan de sauvegarde de l'emploi a été présenté

Après la liquidation judiciaire décidée le 28 septembre dernier par le tribunal de commerce de Lille, les salariés de Camaïeu attendaient de connaitre les conditions du plan de sauvegarde de l'emploi (PSE). C'est chose faite : les mandataires judiciaires ont présenté le PSE en début de semaine aux représentants du personnel réunis en conseil social et économique. Le texte doit encore être validé par la direction régionale du travail.

En plus de l'indemnité de licenciement, le plan prévoit donc une prime de 6.000 euros (dont la moitié exonérée de cotisations et d'impôts) pour chacun des salariés. Les salariés qui souhaitent se former, créer une entreprise ou changer de région bénéficieront en outre d'une aide. Une enveloppe de 7,2 millions d'euros a été prévue, avec un plafond de 3.450 à 4.450 euros par salarié.

2.100 salariés concernés par la fermeture de l'enseigne

Ce sont 2.100 salariés qui auront droit à ce PSE, qui a été abondé par le chiffre d'affaires des trois derniers jours d'ouverture des magasins le 1er octobre, comme la direction s'y était engagée. Ce sont un peu plus de 25 millions d'euros qui ont été réalisés à cette occasion. La prime de 6.000 euros pèse à elle seule la moitié des ventes.

C'est la fin d'une longue histoire pour Camaïeu, repris il y a deux ans par Hermione People and Brands (HPB), une filiale de la Financière immobilière bordelaise (FIB). L'enseigne, qui n'était pas en très bonne santé, n'a pas su résister aux fermetures administratives imposées durant la pandémie.



Tags : camaïeu

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook