Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

PEL : vers un coup de rabot sur le taux de rémunération ?





Le 28 Octobre 2020, par La rédaction

Les Plans d'Épargne Logement (PEL) sont trop rémunérateurs, selon la Banque de France qui demande l'application d'un taux unique pour ces véhicules d'épargne.


La Banque de France veut baisser la rémunération des PEL

La Banque de France tire la sonnette d'alarme : il est temps de mettre en place un taux de rendement unique d'1% pour les PEL souscrits avant le 1er mars 2011. Il faut savoir que contrairement au Livret A dont le taux de rémunération évolue avec le temps (depuis février, il est à son plus bas historique de 0,5%), le PEL bénéficie d'un taux garanti fixe. Un PEL ouvert il y a 20 ans est encore aujourd'hui rémunéré à un taux moyen de 4,4%, ce qui paraît complètement inconcevable en 2020. La Fédération bancaire française abonde dans le sens de l'institution monétaire, en soulignant que ces taux sont totalement déconnectés des pratiques actuelles.

Il y a 282 milliards d'euros qui dorment sur les Plans d'Épargne Logement. Les épargnants ayant ouvert un PEL il y a quelques années touchent plus de 7 milliards d'euros par an. Or, c'est de l'argent versé par les banques qui poussent donc à une révision du mode de rémunération de ces véhicules d'épargne. Une manne pour les heureux détenteurs de PEL ! « C’est particulièrement le cas des PEL ouverts avant 2011, dont la rémunération moyenne atteint 4,44% et dont l’encours représente encore 115,5 milliards d’euros », explique François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France.

De l'épargne à transformer en consommation

« Cette rémunération élevée au regard des taux d’intérêt actuels pèse sur l’économie française, en accroissant le coût des ressources disponibles pour le financement de l’économie par les établissements bancaires », selon l'institution. La solution proposée par la Banque de France remettrait les pendules à l'heure, tout en respectant le taux de rémunération actuel des PEL, qui tourne autour de 1%.

Une telle solution serait effectivement séduisante pour le gouvernement qui cherche à relancer l'économie en demandant aux Français de puiser dans leur épargne pour consommer. On verra ce qu'il en sera suite au tour de vis sanitaire envisagé par l'exécutif pour enrayer la deuxième vague. Mais la légalité de cette mesure pourrait être contestée ; d'ailleurs, à l'heure actuelle rien n'est prévu du côté de Bercy, selon Capital



Tags : épargne

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Le MoHo : un collectif pour changer le monde !

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"













Rss
Twitter
Facebook