Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Pas d'indemnités de licenciement pour l'ex-patron de Boeing





Le 12 Janvier 2020, par La rédaction

Dennis Muilenburg, l'ex-patron de Boeing, va devoir faire une croix sur ses bonus. Le constructeur américain a annoncé qu'il ne percevra aucune indemnités de départ après sa gestion catastrophique du dossier 737 MAX.


La mauvaise gestion du dossier 737 MAX

Pas d'indemnités de départ ni de bonus au titre de l'année 2019 pour Dennis Muilenburg, arrivé au poste de CEO de Boeing en juillet 2015, et limogé par le conseil d'administration il y a quelques semaines après sa gestion catastrophique des difficultés entourant le 737 MAX. L'avion vedette du constructeur aérien est cloué au sol depuis le mois de mars dernier en raison de deux catastrophes aériennes dues à un problème de sécurité de l'avion. Après plusieurs mois de production au ralenti, Boeing a été dans l'obligation de suspendre la fabrication du 737 MAX en janvier, pour une période indéterminée. 

L'entreprise s'est aussi mise à dos l'agence fédérale américaine du transport aérien (FAA), qui lui refuse le feu vert pour faire de nouveau voler le 737 MAX. Sans oublier la méfiance non seulement des voyageurs mais aussi des compagnies aériennes qu'il va falloir indemniser. David Calhoun, qui remplace Dennis Muilenburg à la tête de Boeing, va devoir accomplir un miracle pour que l'avion redécolle à nouveau. S'il y parvient, il touchera d'ailleurs un bonus de 7 millions de dollars, en plus de son salaire annuel de 1,4 million en 2020.

De nombreuses actions en stock

Boeing a refusé à Dennis Muilenburg, qui a passé 34 ans dans l'entreprise le versement d'indemnités de licenciement et de paiements liés à son ancienneté, ce qui représente 39 millions de dollars. Il renonce également à des actions d'une valeur de 14,6 millions de dollars. Toutefois, l'ex-patron ne part pas les mains vides. Il conserve ainsi sa retraite acquise avant sa nomination à la tête de Boeing. Il conserve également l'ensemble des stock-options attribuées par la société : leur valeur s'établit à 62,2 millions de dollars.

De plus, Dennis Muilenburg bénéficie aussi de la possibilité d'acquérir un total de 72 969 actions de Boeing au prix de 75,97 dollars. Il sera assuré de réaliser une très confortable plus-value, puisque le cours du titre de l'entreprise s'établit à quasiment 330 dollars… 



Tags : boeing

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Marie Legrand, directrice générale d'Audio 2000 : "Audio 2000 s'est construit autour des valeurs de professionnalisme, d'innovation et d'accessibilité "

Le MoHo : un collectif pour changer le monde !

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »













Rss
Twitter
Facebook