Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Pas de taxe sur le poids des véhicules, pour le moment





Le 28 Septembre 2020, par La rédaction

Les automobilistes peuvent souffler… provisoirement. Il n'y aura pas de taxe sur le poids des véhicules en 2021, a annoncé Barbara Pompili, la ministre de la Transition écologique. Mais cette taxe pourrait être mise en œuvre à l'avenir.


Répit pour l'industrie automobile

Toute la filière automobile retenait son souffle. Alors que le secteur rencontre les pires difficultés pour se relever de la crise sanitaire et économique, le gouvernement allait-il créer une nouvelle taxe sur le poids des véhicules ? La rumeur était porteuse de la mauvaise nouvelle, mais finalement il n'en sera rien : « Ce n'est pas dans la loi de finances qui va être annoncée, puisque les négociations sont encore en cours. Donc c'est normal que ce ne soit pas dans le budget. On en discute et on verra », a déclaré Barbara Pompili au micro de BFMTV. Cette mesure fait partie des recommandations de la Convention citoyenne sur le climat : un peu plus d'un tiers de leurs propositions ont été intégrées dans le projet de la loi de finances pour 2021.

Mais pas la taxe sur le poids des véhicules, donc. Un dispositif qui fait toujours l'objet de négociations. Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie, n'a pas semblé très favorable à la mesure : « Dans le contexte économique actuel, je ne veux aucune augmentation d'impôt et je veux protéger les emplois industriels, les usines et le pouvoir d'achat des Français », a-t-il affirmé aux Echos. Même son de cloche du côté de l'industrie : Luc Chatel, président de la Plateforme automobile (PFA), avait affirmé que la taxe allait impacter 70% des voitures produites en France.

Un retour de la taxe sur le poids des véhicules en 2022 ?

Un coup dur supplémentaire pour des constructeurs français en grande difficulté, notamment le groupe Renault qui a entamé une lourde restructuration. Cette taxe n'est cependant pas remisée au placard. Barbara Pompili a ainsi rappelé qu'elle avait demandé, avant qu'elle devienne ministre de la Transition écologique, un renforcement du malus pour les SUV : « à titre personnel, je l'ai déjà défendu dans l'hémicycle. Donc je ne me renierai jamais », a-t-elle indiqué.

La Convention citoyenne sur le climat avait demandé de renforcer « très fortement » le malus sur les véhicules polluants et « d'introduire le poids comme un des critères à prendre en compte », a rappelé la ministre. Des exemptions pour les familles nombreuses sont néanmoins prévues. Rendez-vous l'année prochaine au moment d'élaborer le budget 2022, pour voir si la taxe est de nouveau d'actualité.



Tags : automobile

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare













Rss
Twitter
Facebook