Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Pollution : toujours les mêmes marques qui se distinguent par leur utilisation du plastique





Le 12 Décembre 2020, par La rédaction

Malgré leurs grandes déclarations de principe, Coca-Cola, PepsiCo et Nestlé demeurent les plus grands pollueurs plastique au monde et ce, pour la troisième année consécutive selon le classement du mouvement Break Free From Plastic.


Se débarrasser du plastique à usage unique

Le mouvement Break Free From Plastic, un rassemblement de plus de 11.000 organisations dans le monde et sympathisants, livre chaque année un rapport pointant du doigt les plus importants pollueurs plastique de la planète. Pour la troisième année consécutive, ce sont Coca-Cola, PepsiCo et Nestlé qui se distinguent aux trois premières places. L'audit, qui concerne 575 marques, est réalisé auprès des ramasseurs de déchets, notamment dans les pays du sud. En 2020, ils ont ramassé près de 350.000 morceaux de plastiques dans 55 pays.

« Il n’est pas surprenant que pendant trois années consécutives ce soient les mêmes grandes marques sur le podium. Ces entreprises prétendent qu’elles affrontent la crise du plastique, mais elles continuent d’investir dans de fausses solutions et s’associent avec les sociétés pétrolières pour produire encore plus de plastique », déplore Abigail Aguilar, coordinatrice régionale de la campagne sur les plastiques de Greenpeace en Asie du Sud-Est.

Fausses solutions

Ces entreprises ont pourtant signé un engagement avec la Fondation Ellen MacArthur mais dans les faits, les efforts promis n'ont pas lieu, ou trop peu : « Les progrès réalisés pour passer à des emballages réutilisables sont limités et les efforts d’élimination restent concentrés sur un ensemble relativement restreint de matériaux et de formats », selon Break Free From Plastic. Les marques pointées du doigt promeuvent « de fausses solutions » pour résoudre le problème, comme la promotion du recyclage qui n'est qu'une manière de faire porter le fardeau aux consommateurs.

Le mouvement demande aux entreprises de prendre à leur frais les coûts externes liés à leurs produits plastiques à usage unique (collecte, traitement, dommages sur l'environnement). Selon Break Free From Plastic, sans un effort manifeste des multinationales, la production de plastique risque de doubler d'ici 2030, et même de tripler à l'horizon 2050. 



Tags : pollution

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"














Rss
Twitter
Facebook