Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Privatisation ADP : l'État gardera le dernier mot sur l'investisseur principal





Le 8 Octobre 2018, par

Le gouvernement a obtenu de l'Assemblée nationale le feu vert pour la mise en place de la privatisation du groupe ADP (ex-Aéroports de Paris). Il reste cependant beaucoup d'inconnues à lever, notamment les modalités de l'opération.


L'État détient 50,6% du capital d'ADP. Avant que les pouvoirs publics ne cèdent cette participation, il a fallu que les députés autorisent le changement de statu juridique du groupe, qui gère les grands aéroports parisiens. C'est désormais fait : les actionnaires présents et à venir d'ADP seront les propriétaires d'un droit d'exploitation qui court jusqu'en 2089 ; ensuite, c'est l'État qui retrouvera la pleine propriété des pistes, des terrains, des terminaux de l'entreprise. Charge ensuite aux élus de décider de la suite des événements.

Malgré ce Meccano, les candidats devraient se bousculer au portillon pour acheter la part de l'État, car ils sont à peu près certains de réaliser une bonne affaire. Il reste toutefois un certain nombre d'obstacles : ainsi, le gouvernement n'a donné aucun prix. Bercy entend aussi développer l'actionnariat populaire : une partie de sa participation pourrait ainsi être réservée aux petits porteurs qui souhaiteraient investir dans ADP. « Le développement de l' actionnariat salarié sera également recherché à l'occasion de ces opérations », explique aussi le ministère de l'Économie.

Par ailleurs, Bruno Le Maire n'a pas indiqué si l'État comptait vendre l'intégralité de sa participation dans ADP. Ce qui est sûr, c'est que le gouvernement entend avoir le dernier mot sur l'investisseur principal. Pas question non plus de laisser une « puissance étrangère » prendre le contrôle d'une entreprise qui gère une des principales portes d'entrée sur la France, a assuré le ministre de l'Économie durant le Grand Rendez-Vous Europe 1, Les Echos, CNews.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook