Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Que disent les gilets jaunes ? Le décryptage de F-B Huyghe, spécialiste des phénomènes contestataires





Le 4 Décembre 2018, par François-Bernard Huyghe


On a souligné la spécificité du mouvement des gilets jaunes : souvent provinciaux auto-organisés, ouvriers et petits patrons mêlés, transidéologiques, sans chef ni parti, coordonnés sur les réseaux sociaux, n’ayant souvent jamais manifesté... Mais si l’on se rassemble, c’est pour dire. Or ici, pas de slogans scandés en chœur. Des Marseillaises spontanées. Des phrases qui reviennent.

Ils parlent d’eux d’abord. De ce qu’ils représentent : « Nous sommes le peuple » ou « la classe moyenne », « la France qui souffre et qui travaille ».

Ils veulent témoigner « Je voudrais payer un petit cadeau à mes enfants, m’offrir un restaurant avec mon mari », « Je suis en découvert le 15 », « Je ne peux pas me passer de la voiture », « Je ne peux pas m’en payer une nouvelle ».

Ils parlent des autres — les gouvernants, les élites, les journalistes, les bobos — mais pour leur dire ce qu’ils font et qui blesse : « ils ne nous écoutent pas », « Ils nous méprisent », « ils nous prennent pour des cons ». Voir cette manifestante — sur une vidéo virale — qui se met à genoux devant les CRS : « Nous sommes la Nation, nous sommes le peuple, nous sommes comme vous. Bon dieu, vous comprenez ? »

 

Disent-ils la vérité ? Cette parole d’en bas parle d’expériences et de douleurs vécues. Certes, sur les réseaux sociaux, circulent des photos mal datées — rattachant aux marches de novembre telle scène de brutalité policière ou telle foule sur une place, alors que les clichés datent d’un an ou plus. Il arrive aussi à une manifestante complaisamment filmée de tenir des propos délirants sur la constitution « périmée » ou sur Macron qui ne serait plus président. Mais, hors ces rumeurs de bistrot, guère encore de fake news, d’infox comme on est censé dire aujourd’hui.


Ceci rend d’autant plus paradoxal un petit incident. Lors de la manifestation du 24 novembre (celle où un ministre avait dit voir la peste brune remonter les Champs Élysées), circule soudain une « preuve » en ligne. Un vieux manifestant un peu ventripotent regarde la caméra et fait ce qui semble un salut nazi. La preuve ? Pas de chance : sur la bande-son originale, on entend un « Ave Macron » plus inspiré d’Astérix que d’Hitler. Parmi les comptes Twitter qui répandent le plus ce trucage avéré, celui de la rapporteuse LREM de la loi « manipulation de l’information » de novembre, Madame Moutchou. N’accablons pas l’arroseuse arrosée (quand la loi votée sera appliquée, en période électorale, le juge des référés pourra faire retirer une telle séquence) mais concluons modestement que même au ministère de la Vérité, on n’est pas à l’abri de l’illusion idéologique : remplacer le réel que l’on nie par celle que l’on souhaite.

 

F.B. Huyghe

Auteur de « Fake news La Manipulation en 2019 » VA Editions, 2019




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook