Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Renault suspend l'activité de son usine en Russie





Le 25 Mars 2022, par La rédaction

La guerre en Ukraine et ses répercussions économiques touchent le groupe Renault de plein fouet. Le constructeur automobile est en effet très exposé en Russie, où il a décidé de suspendre les activités de son usine.


Renault pris en tenailles

Renault est un des constructeurs automobiles occidentaux les plus exposés en Russie. Le groupe français y possède une usine basée près de Moscou, et a beaucoup investi dans Avtovaz, le constructeur des Lada, dont il est l'actionnaire majoritaire. La Russie, c'est tout simplement le second marché mondial pour l'entreprise qui y emploie 40.000 salariés. C'est pourquoi la décision de cesser toute activité est si difficile à prendre.

Le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Culera, a lancé un appel au « boycott mondial » des véhicules Renault, et la pression politique et médiatique est telle que le constructeur a dû annoncé la suspension des activités de son usine. Cette dernière rencontrait déjà de sérieuses difficultés liées au grippage de la chaîne d'approvisionnement, elle ne fonctionnait plus que par intermittence.

Baisse de la marge opérationnelle

Pour l'heure, Renault demeure investi dans Avtovaz. Mais dans son communiqué, le constructeur explique évaluer l'ensemble des options possibles pour sa participation dans la société russe, « tout en agissant de manière responsable envers ses 45.000 salariés en Russie ». L'équilibre est délicat à trouver, et du point de vue financier, ces suspensions d'activité vont avoir un impact : la marge opérationnelle du groupe va passer de 4% attendu cette année, à 3%.

Du côté de l'exécutif, on explique que les entreprises prennent leurs propres décisions : « Des sanctions ont été décidées. Nous demandons aux entreprises françaises d'appliquer les sanctions décidées, qui sont notamment de ne pas faire de nouveaux investissements en Russie », a ainsi déclaré Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement. Il revient aux entreprises de décider d'elles-mêmes de se retirer de la Russie.



Tags : renault

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook