Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Soupçons de corruption à la tête de l'opérateur belge Belgacom





Le 1 Octobre 2013, par

Le président par intérim de Belgacom a-t-il favorisé le chinois Huawei lors de la signature d'un contrat de plusieurs centaines de millions d'euros ? Le sujet fait scandale depuis la fin du mois de septembre en Belgique.


Soupçons de corruption à la tête de l'opérateur belge Belgacom
Michel Moll, président par intérim de l'opérateur Belgacom, est soupçonné d'avoir poussé le président de Belgacom en 2009 afin qu'il fasse approuver par le conseil d'administation le contrat avec Huawei, pour la mise à niveau du réseau GSM de l'opérateur. Il faut dire que la coïncidence est troublante : Michel Moll a commencé à facturer Huawei en janvier 2010 pour du conseil, selon lui, sur l'Afrique et non sur l'Europe ou la Belgique. Pourtant, le contrat entre Belgacom et Huawei a lui été conclu fin 2009, et évinçait le fournisseur historique de Belgacom, Nokia.

Ensuite, de 2010 à 2012, Michel Moll a facturé Huawei tous les mois à hauteur de 26 500 euros hors taxes pour du conseil, via une société écran. 

Michel Moll, qui est toujours membre du conseil d'administration de Belgacom, a refusé de démissionner, mais son mandat ne sera pas renouvelé à annoncé l'opérateur. Il réfute tout conflit d'intérêt, arguant que Belgacom et Huawei ne sont pas concurrents sur leurs marchés respectifs...

Une enquête du comité d'éthique de l'opérateur belge est en cours, afin de déterminer si Michel Moll a mal agi, pendant que la sureté belge s'affaire. La CIA comme les services secrets de la plupart des pays européens soupçonnent Huawei de prêter main-forte aux services d'espionnage chinois. Facile, quand on déploie des réseaux de télécommunications, d'y glisser des mouchards à l'insu de ses clients...


Jean-Baptiste Giraud
Jean-Baptiste Giraud est journaliste économique, passé par Radio France, BFM, LCI, TF1 et... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook