Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Transition énergétique : les promesses non tenues des compagnies pétrolières européennes





Le 24 Août 2023, par Aurélien Delacroix

Greenpeace accuse les grandes compagnies pétrolières et gazières européennes de ne pas respecter leurs engagements en matière de climat. Selon un rapport, ces sociétés n'investissent qu'une fraction infime dans les énergies renouvelables, mettant ainsi en doute leur engagement dans la transition énergétique.


Une transition énergétique au point mort

Les compagnies européennes de pétrole et de gaz sont au cœur d'une accusation portée par Greenpeace, qui affirme qu'elles ne sont « pas du tout engagées dans la transition » vers des énergies plus propres. Selon un rapport de 110 pages écrit par le politologue allemand spécialisé dans l'énergie, Steffen Bukold, les résultats de douze groupes européens, dont BP, TotalEnergies et Shell, révèlent que seulement 0,3 % de leur production totale a été réalisée dans le domaine des énergies renouvelables en 2022.

L'analyse montre que, en moyenne, « seulement 7,3% des investissements » de ces entreprises ont été consacrés aux énergies vertes, alors que 92,7 % ont financé des activités liées aux énergies fossiles comme le gaz et le pétrole. Jakub Gogolewski de Greenpeace souligne que la situation a même « empiré en 2023 ». La majorité des compagnies prévoient « de maintenir, voire d'augmenter leur production de pétrole et de gaz au moins jusqu'en 2030 », en dépit de leurs engagements à réduire leurs émissions de CO2 d'ici 2050.

Appel à l'action des gouvernements

Face à cette situation, Greenpeace appelle les gouvernements européens à intervenir et à réguler l'activité des énergéticiens. L'ONG souligne que « l'auto-régulation ne fonctionne pas » et demande la mise en place d'« un objectif obligatoire de réduction de la consommation de pétrole ». Le message de l'organisation est clair et sans équivoque, illustré par un faux derrick de pétrole construit par des militants dans le quartier d'affaires de la Défense à Paris.

Le rapport, intitulé « La sale douzaine », compile les données des rapports annuels de six majors internationales du pétrole basées en Europe et de six compagnies pétrolières ou gazières nationales. Il met en évidence un fossé important entre les déclarations publiques et les actions concrètes de ces entreprises, alimentant le débat sur la nécessité d'une régulation plus stricte de l'industrie énergétique.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Les Arpents du Soleil: un vignoble normand dans la cour des grands

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence"

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"











Rss
Twitter
Facebook