Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Un numéro vert pour les chefs d'entreprise en détresse





Le 27 Avril 2020, par François Lapierre

Au 0805 65 50 50, les chefs d'entreprise angoissés par le confinement et son impact économique sur leur activité trouveront une oreille attentive. Pour les cas les plus préoccupants, un psychologue sera à l'écoute.


SOS chefs d'entreprise

Le ministère de l'Économie a mis en place un numéro vert, le 0805 65 50 50, destiné à l'écoute des chefs d'entreprise en détresse. « Les difficultés économiques exceptionnelles auxquelles les entreprises doivent faire face durant la crise du Covid-19 constituent en effet une épreuve brutale pour les dirigeants d'entreprise », explique Bercy. L'activité en sommeil, les commandes qui chutent ou encore la trésorerie qui fond comme neige au soleil : les raisons de s'angoisser sont nombreuses et peuvent parfois faire plonger les chefs d'entreprises dans « des situations de détresse extrême qu'ils ne peuvent affronter seuls ». C'est la raison d'être de ce numéro vert qui donne accès à une cellule d'écoute.

« Pour les cas les plus préoccupants, le chef d'entreprise se verra proposer, s'il le souhaite et dans la plus stricte confidentialité, de bénéficier d'une prise en charge rapide et gratuite par un psychologue spécialement formé », ajoute le ministère. Pour les autres cas, une orientation vers des structures publiques ou privées spécialisées dans ce type d'accompagnement est prévue. Le numéro vert est disponible tous les jours, de 8h à 20h.

Les dispositifs d'aide ne suffisent pas

Pour mettre au point ce nouveau service, Bercy a fait appel aux services des CCI France (les chambres de commerce et d'industrie), CMA France (chambres de métiers et d'artisanat), ainsi qu'à Harmonie Mutuelle et l'association APESA, qui offre de l'assistance psychologique aux entrepreneurs en souffrance aiguë. Les mesures de confinement prises mi-mars ont gelé l'activité dans beaucoup d'entreprises, en particulier dans les secteurs du tourisme, de l'hôtellerie et de la restauration.

Le gouvernement a multiplié les mesures de soutien à l'économie, comme le chômage partiel pour les salariés, le fonds de solidarité, les prêts garantis… Ces dispositifs vont se poursuivre après le 11 mai, jour de la sortie du confinement, mais il faudra plus pour éviter les faillites à répétition. En particulier pour les petits commerces et les artisans.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)

Comment réagir face à l'entrisme islamique en entreprise

« Fantaisies quantiques » : Quand la collaboration des chercheurs fait avancer l’humanité !

« MAINSTREAM » : Il y a bien une bataille mondiale pour une domination culturelle













Rss
Twitter
Facebook