Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Un prince saoudien donne toute sa fortune





Le 6 Juillet 2015, par Olivier Sancerre

Qui a dit que les grands mécènes n’étaient plus de ce monde ? Le richissime prince saoudien Al-Walid Ben Talal a annoncé qu’il allait verser la totalité de sa fortune à sa fondation, Alwaleed Philantropies.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
Ce sont rien moins que 32 milliards de dollars qui vont abonder le fonds de cette fondation, qui verse par exemple de l’argent liquide à des Saoudiens dans le besoin. Les activités de cette fondation vont sans nul doute s’étendre bien au-delà. Le prince a indiqué que cet argent allait servir à « jeter des ponts entre les cultures », aider les jeunes, ou encore promouvoir les droits des femmes.

Al-Walid Ben Talal, qui possède l’hôtel George V à Paris et une grosse partie d’Euro Disney, est un homme d’affaires aguerri dont le penchant philanthropique est bien connu. Ces 32 milliards s’inscrivent dans la droite ligne de l’initiative Giving Pledge, mise au point par Warren Buffet et Bill Gates en 2010.

L’idée est de demander aux grandes fortunes de s’engager à verser 50% ou plus de leur argent à œuvres caritatives. Si le nombre de milliardaires ont fait la « promesse de donner » (traduction littérale de l’initiative) n’a cessé d’augmenter — ils sont aujourd’hui 137 —, Al-Walid Ben Talal est le premier à verser l’intégralité de sa fortune à une fondation.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare













Rss
Twitter
Facebook