Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

42 milliards d’euros de perte de chiffre d’affaires pour les pros du tourisme





Le 12 Octobre 2020, par Paul Malo

Alors que les vacances scolaires approchent, les futurs vacanciers ne se bousculent toujours pas, selon les chiffres du cabinet Protourisme.


Un fort climat d'incertitudes

Crédit : Pixabay
Crédit : Pixabay
Dans le climat d’incertitudes créé par la crise sanitaire, les Français craignent de réserver leurs prochaines vacances, même à quelques jours de partir. C’est le constat morose dressé par le cabinet Protourisme. Pour les vacances de la Toussaint en France, les réservations sont en baisse de 50%, en termes d’hébergement marchand, entre hôtels, campings, locations de meublé et villages vacances. Ainsi, selon une enquête Opinionway réalisée pour le compte de Mondial Assistance, seuls 14% des français ont l'intention de partir en vacances à la Toussaint, contre 22% l'an dernier.

Parmi eux, toujours selon Opinionway, 82% des vacanciers prévoient de ne pas quitter l'Hexagone, ce qui semble rationnel en ces temps de pandémie. En ce qui concerne la région parisienne, entre Paris et petite couronne, les intentions actuelles de départs s’effondrent littéralement de 80% par rapport à 2019, selon les chiffres de ProTourisme. Le secteur du tourisme en France aurait déjà perdu 42 milliards d'euros de chiffre d'affaires entre mi-mars et fin septembre, comparé à l’année précédente, où le secteur avait généré pas moins de 175 milliards d'euros de recettes.
 

Des pertes qui vont encore se creuser

En première ligne des pertes figure bien évidemment la restauration commerciale, triplement atteinte entre confinement, baisse du tourisme et télétravail. Cafés et débits de boissons ont déjà perdu 12 milliards d'euros de chiffre d’affaires par rapport à l’an passé. Le secteur de l’hébergement marchand, tout comme la filière transports (compagnies aériennes, trains…) ont tous deux perdu 10 milliards d’euros de recettes du fait de la crise sanitaire.

Littéralement à l’arrêt depuis mars dernier, les secteurs du tourisme-événementiel, des conférences et des rencontres professionnelles ont perdu 4 milliards d’euros. Agences de voyages et tours opérateurs ont quant à elle déjà subi 3 milliards d'euros de perte. Enfin, alors que la France est d’ordinaire une destination touristique mondiale par excellence, le secteur des sites de visites et prestataires d'activités (guides, excursionnistes) et les parcs de loisirs et à thème ont perdu 2 milliards d'euros de chiffre d’affaires. Et l’année n’étant pas encore finie, ces pertes pourraient encore se creuser d’ici à décembre prochain.

 




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare













Rss
Twitter
Facebook