Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Airbus verse une amende record dans une affaire de corruption





Le 2 Février 2020, par Olivier Sancerre

Soulagement chez Airbus. Le constructeur européen va pouvoir aller de l’avant après le règlement d’une affaire de corruption. Le groupe va verser une amende record de 3,6 milliards d’euros.


Une affaire d’ampleur internationale

En 2016, Airbus alertait le Serious Fraud Office britannique (SFO) concernant des faits de corruption d’une entité interne, Strategy and Marketing Organization (SMO). Celle-ci était chargée de la gestion des intermédiaires dans certains contrats. Entre 2008 et 2015, elle a réalisé plusieurs transactions qui n’étaient pas conformes. Après une coopération avec le SFO, le Parquet national financier (PNF) français et le ministère américain de la Justice (DoJ), Airbus écope d’une amende pour solde de tout compte : 3,6 milliards d’euros. Une somme record, mais qui lui évite des poursuites en justice.

La France recevra la plus grande part de cette amende, à savoir 2,1 milliards d’euros. Le Royaume-Uni récoltera 984 millions, plus 7 millions de frais de justice. Les États-Unis obtiendront 526 millions d’euros, plus 60 millions pour une affaire connexe dans laquelle Airbus était accusé de fausses déclarations touchant à des ventes d’armement qui contenaient des composants américains. À ce jour, souligne le DoJ, c’est la plus importante résolution d’affaire de corruption au niveau mondial.

2,1 milliards pour la France

En France, cette affaire est la 6e convention judiciaire d’intérêt public (CIJP) qui est signée depuis la mise en place de cette procédure, en 2017. La somme versée par Airbus est aussi la plus importante dans le cadre de ce dispositif. « C'est une journée historique. C'est une amende qui sort des sentiers battus », se réjouit Jean-François Bonhert, le procureur national financier.

Pour Airbus aussi, c’est un soulagement. L’affaire risquait en effet de l’empêcher de participer à des appels d’offres publics, si elle était allée en justice. « Les accords approuvés aujourd’hui permettent à Airbus d'aller de l'avant et de poursuivre sa croissance de façon durable et responsable », se félicite Guillaume Faury, le PDG d’Airbus. Le dossier avait provoqué un changement à la tête de l’entreprise, Faury ayant remplacé Tom Enders en avril 2019.



Tags : Airbus

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook