Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Autocars : la libéralisation profite au marché





Le 1 Mars 2016, par

Depuis la libéralisation du secteur du transport longue distance par autocar, le marché a déployé ses ailes : France Stratégie annonce la création de 1 300 emplois directs et le transport de 1,5 million de passagers.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
Cette ouverture du marché a été décidée il y a six mois, avec l’adoption de la loi Macron. L’agence France Stratégie en a dressé un premier bilan plutôt positif. Sept opérateurs se partagent le marché et ont multiplié les ouvertures de lignes, qui dépassent désormais les 200 existantes (même si plusieurs ont déjà été fermées).

Ces 1,5 million de passagers ne représentent toutefois que 2% des des voyageurs grandes lignes sur le réseau de la SNCF : les trains restent encore largement plus utilisés que les autocars. Mais ça n’a pas empêché l’opérateur public de se lancer sur le marché avec Ouibus. D’ailleurs, sur les distances de moins de 100 km, les régions peuvent interdire une liaison en autocar : pas question de déséquilibrer les RER qu’elles financent.

France Stratégie a également calculé le coût au kilomètre, qui sur les longues distances est plus favorable pour les autocars : 4,5 centimes/km en moyenne, soit un prix inférieur au covoiturage (estimé à 6 centimes/km). Le train s’affiche lui à 10 centimes/km, mais les temps de trajet sont beaucoup plus rapides.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : transport

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook