Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Banque : la Commission interbancaire de retrait en forte hausse





Le 12 Février 2020, par Aurélie GIRAUD

Afin de répondre à la concurrence croissante des banques en ligne, les banques traditionnelles qui disposent de réseaux de distributeurs de billets demandaient depuis quelque temps l’augmentation de la Commission interbancaire de retrait (CIR). Le groupement Cartes Bancaires a accepté leurs revendications, selon les informations du journal Les Echos.


Une CIR en forte hausse

Pixabay/itkannan4u
Pixabay/itkannan4u
La Commission interbancaire de retrait (CIR) est le montant que paye une banque lorsque son client retire de l’argent dans un distributeur qui ne lui appartient pas. C’est la raison principale qui justifie que les cartes bancaires n’autorisent, le plus souvent, qu’un nombre limité de retraits gratuits en dehors des distributeurs de la banque elle-même. Au-delà de ce nombre, le client paye une commission, généralement supérieure à la CIR.

Le montant de la CIR n’avait pas évolué depuis 2011, lorsque le Groupement Cartes Bancaires avait obtenu des banques une baisse de 20 %. Depuis lors, la CIR s’établissait à 57 centimes d’euro par transaction. Mais désormais les banques traditionnelles doivent faire face aux banques en ligne et leur concurrence accrue, surtout en ce qui concerne le coût du compte bancaire.

Une hausse de la CIR qui pourrait avoir un impact sur les clients

Selon les informations révélées par le journal Les Echos le 11 février 2020, la CIR a augmenté le 1er janvier 2020 de 56% atteignant, désormais, 87 centimes d’euro par opération. Cette augmentation pourrait être répercutée sur les clients des banques traditionnelles, par une baisse du nombre de retraits gratuits autorisés ou une hausse du coût des retraits hors distributeurs du réseau.

Mais ce sont surtout les banques en ligne qui sont visées : ces dernières ne disposant pas de réseau de distributeurs de billets, elles payent la CIR à chaque retrait effectué par l’ensemble de leurs clients. Une hausse de 56% de ces frais pourrait les contraindre à revoir leurs conditions d’utilisation, augmenter les frais secondaires voire abandonner le 100% gratuit.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook