Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Bic délocalise son mythique stylo 4 couleurs





Le 7 Janvier 2019, par Paul Malo

Mauvaise nouvelle pour une marque légendaire : suite au rachat de Bic Sport, les 33 salariés vannetais de la marque vont être licenciés.


Une délocalisation déloyale ?

Le groupe Bic a annoncé le 2 janvier dernier la vente de sa filiale Bic Sport. Le pionnier de l'industrie de la planche à voile ne représentait, il faut dire, que 1% de son chiffre d'affaires. La société a été rachetée par le groupe estonien Tahe Outdoors, l'un des principaux fabricants européens de kayaks, canoës et kite-surf. Son intention : se recentrer sur ses trois métiers de base, la papeterie, les briquets et les rasoirs.

La production doit être redéployée à Marne-la-Vallée, en Seine-et-Marne, pour le 4 couleurs, à Bizerte, en Tunisie, pour les stylos Atlantis et Velocity.  Bilan : les 33 salariés de l'atelier vannetais Bic Ecriture 2000 qui produisent le célèbre stylo 4 couleurs vont être licenciées du fait de la délocalisation du site. Si la direction propose de relocaliser six postes à Marne-la-Vallée, aucun des salariés vannetais n'envisage de s’installer en région parisienne. Les salariés bretons sont du coup en grève illimitée, protestant contre le "manque de loyauté" de leur direction. Ils estiment être licenciés alors que les carnets de commande sont pleins. Du côté de chez Bic, qui réalisé 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2017, on se dit « conscients des conséquences de cette fermeture et prêt à « faire en sorte que tout ce passe dans les meilleures conditions pour chaque salarié", selon, une porte-parole.

 




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur



Les entretiens du JDE

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »

« Accueillir c’est protéger ! » par Frédéric Giqueaux

Karine Schrenzel, PDG des 3 Suisses : « L’envie d’entreprendre est un sentiment que j’ai toujours porté en moi »










Rss
Twitter
Facebook