Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Booking.com perd face aux hôtels français





Le 22 Avril 2015, par

Les heures où Booking.com faisait la pluie et le beau temps sur le marché de l’hôtellerie en France vont prendre fin. L’Autorité de la concurrence a en effet tapé du poing sur la table afin de rééquilibrer les relations entre le numéro 1 du secteur et les hôtels.


(c) Shutterstock/EconomieMatin
(c) Shutterstock/EconomieMatin
La clause de parité, qui oblige les professionnels de l’hôtellerie à proposer les mêmes prix de nuitées pour tous les sites (une clause imposée par Booking qui se répercute sur l’ensemble des sites), a vécu. À partir du 1er juillet, les hôtels peuvent fixer leurs prix comme ils l’entendront, notamment par rapport aux commissions prélevées par les centrales de réservations en ligne.

Voilà qui sera de nature à pousser les sites comme Booking.com (qui prélève jusqu’à 22% du prix d’une nuitée), mais également ses concurrents comme Expedia, à se montrer plus intéressants pour capter le maximum du volume des chambres proposées par les hôteliers. Ces derniers pourront aussi décider de n’allouer aucune nuitée à tel ou tel site.

Les hôtels pourront aussi pousser la clientèle à passer en direct afin d’obtenir des prix encore plus intéressants, et leur proposer des offres d’affiliation. De quoi couper l’herbe sous le pied d’un Booking.com un peu trop certain de sa force sur le marché. Les professionnels y gagnent en souplesse. Et à terme, c’est toute l’Europe qui devrait en profiter puisque les autorités de la concurrence italienne et suédoise ont épaulé leur homologue française dans cette histoire.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : booking.com

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré

Les enjeux de la délégation de pouvoirs

Risque Amiante : le point sur les nouvelles obligations avec SET Environnement
















Rss
Twitter
Facebook