Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Bouygues Telecom envisagerait de supprimer 2 000 emplois





Le 12 Mai 2014, par

Selon le journal Le Figaro de ce lundi 12 mai 2014, l’opérateur de téléphonie mobile et fixe appartenant à la famille Bouygues aurait en prévision un plan d’économies qui passerait, entre autres, par une suppression massive d’emplois. Une conséquence indésirable de du rachat de SFR par Numericable alors que le groupe de Martin Bouygues voulait également s’en emparer.


cc/flickr/Christophe Porteneuve
cc/flickr/Christophe Porteneuve
Bouygues Telecom a été fortement impacté par l’arrivée, en janvier 2012, de Free Mobile en tant que quatrième opérateur du secteur en France. Les deux groupes se positionnaient plus ou moins sur la même part de marché mais les prix de Free Mobile, très agressifs, ont convaincu les clients de Bouygues. Selon les chiffres avancés par le groupe il aurait perdu 200 000 clients en deux ans.

Pour faire face aux prix concurrentiels de Free, Bouygues a donc également lancé son offre low-cost exclusivement disponible sur Internet : B&You. Une offre qui a su convaincre puisque 18% de son parc abonnés l’a choisie, mais qui a fait chuter le revenu par abonné de la société. En crise, Bouygues a donc dû réagir.

En avril 2014, Martin Bouygues avait tout fait pour essayer de s’emparer de l’opérateur SFR mis en vente par Vivendi. Avec un montage dont faisait partie Free, il avait fait une offre intéressante mais au final c’est Numericable qui aura gagné la partie, et ce malgré les réticences du gouvernement, notamment d’Arnaud Montebourg.

Sans autres flèches à son arc, Bouygues Telecom, pour se relancer, n’a pas eu d’autres choix que d’annoncer un possible plan de licenciements. Selon les syndicats du groupe, Bouygues Telecom devrait se séparer d’environ 23% de ses effectifs.

Actuellement, Bouygues Telecom emploie 9 000 personnes et le plan de licenciements pourrait concerner entre 1 500 et 2 000 personnes en France. Un nouveau coup dur pour le gouvernement.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook