Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Bruno Le Maire veut changer la règle de la dette à 60% du PIB





Le 15 Avril 2021, par La rédaction

Bruno Le Maire n'a pas l'intention de « rouvrir les traités européens », néanmoins il veut faire progresser une réflexion sur la règle de la dette publique à 60% du produit intérieur brut qui n'a plus de sens, selon lui.


Un indicateur du PIB dépassé

Le ministre français de l'Économie estime que l'indicateur des 60% du PIB pour la dette publique est complètement dépassé. Au micro de BFM-RMC, Bruno Le Maire demande que la Commission européenne puisse différencier la situation de chaque État membre, « plutôt que de soumettre tout le monde à un même critère ». La crise sanitaire a fait exploser la dette publique de bon nombre de pays dans l'Union.

La France, qui flirtait déjà avec une dette publique à 100% de son produit intérieur brut, va afficher une dette à 118% cette année. « D'autres vont être à 160%, c'est le cas de l'Italie », ajoute-t-il. Quant à l'Allemagne, sa dette publique va approcher « très rapidement » les 60% selon le locataire de Bercy. Bref, « à partir du moment où les niveaux de dette représentent des écarts de 100 points au sein de la zone euro, ce critère de 60% est dépassé », assure-t-il.

Écarts entre États membres de la zone Euro

Pour Bruno Le Maire, cet indicateur n'a donc plus de raison d'être, même s'il maintient que la règle du déficit public à 3% du PIB reste utile « parce qu'il permet de stabiliser la dette des pays ». Pour ce qui concerne la dette rapportée au PIB, ça n'a plus de sens à partir du moment où les niveaux de dette représentent des écarts de 100 points au sein de la zone euro.

Le ministre de l'Économie ne veut pas rouvrir les traités maintenant, mais il va tout de même porter sa demande auprès de la Commission. Cette règle a été établie dans le traité de Maastricht en 1992 et a été renforcée avec le traité d'Amsterdam cinq années plus tard. Elle fait partie du socle commun du Pacte de stabilité et de croissance que les États membres doivent respecter (en temps normal).




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook