Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Combien coûterait une crue majeure de la Seine à Paris ?





Le 24 Janvier 2014, par

Mettre Paris en bouteille n'a rien de facile, à moins que la Seine ne s'en mêle. L'OCDE a calculé qu'une inondation de la capitale pourrait coûter jusqu'à 30 milliards d'euros.


En 1910, Paris a subi des inondations spectaculaires, la dernière du genre. Mais que se passerait-il si d'aventure, la Seine remettait aujourd'hui le couvert ? L'OCDE a mené l'enquête, expliquant avoir réalisé ce travail de prospective en s'inspirant des récentes crues qui ont frappé une partie de l'Europe, et de la tempête Sandy à New York, en 2012.
 
Une crue majeure de la Seine affecterait ainsi 5 millions de résidents parisiens et des alentours. Les dommages sont estimés entre 5 à 30 milliards d'euros, des sommes considérables qui pèseront nécessairement sur les comptes de l'État - la réduction du PIB oscillerait selon les scénarios entre 1,5 à 58,5 milliards d'euros sur une période de 5 ans.
 
L'activité des entreprises souffrirait bien évidemment de cette catastrophe naturelle : l'OCDE a calculé que la réduction de l'activité représenterait, dans le pire des cas, l'équivalent de 400 000 temps plein.
 
L'organisme liste une quinzaine de recommandations afin de prévenir un tel scénario. Il s'agit d'anticiper l'événement en mettant en place une « culture du risque » chez les citoyens et les entreprises, ou encore d'assurer une prévention des risques où les rôles et les financements sont clairement définis.
 
Le coût des dégâts liés à l'épisode Sandy à New York a été évalué à 80 milliards de dollars; sur l'année 2012, l'ensemble des catastrophes naturelles ont représenté 160 milliards de dollars, un chiffre plutôt bas quand on le compare aux 400 milliards de l'année précédente… 2011 avait subi les ravages du tsunami au Japon.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook