Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

E. Leclerc : un chiffre d'affaires en hausse de 3% en 2019





Le 9 Février 2020, par François Lapierre

Le groupe E. Leclerc a connu une année 2019 dans le vert, se réjouit Michel-Édouard Leclerc, le président directeur général de l'enseigne, chiffres à l'appui.


48,2 milliards d'euros de chiffre d'affaires

Il y a certes un contexte difficile : le modèle traditionnel de l'hypermarché et du supermarché est contesté. Les consommateurs s'en détournent, via le Drive par exemple, ou encore la livraison à domicile. Malgré tout, le réseau de 600 entrepreneurs indépendants du réseau E. Leclerc se porte bien : il a en effet enregistré une progression de 3% de son chiffre d'affaires en 2019. Les ventes s'établissent à 48,2 milliards d'euros tous produits confondus, comme l'explique Michel-Édouard Leclerc au Journal du Dimanche. "C'est une fierté pour nous", assure-t-il.

La performance du groupe E. Leclerc l'an dernier est soulignée : "Leclerc a enregistré le plus beau score de la distribution française", se réjouit le PDG du groupe et porte-étendard des enseignes qui quadrillent la France. Il ajoute : "Cela démontre que notre positionnement prix et notre discours sur le pouvoir d'achat ont été compris. Preuve de notre attractivité, 350.000 consommateurs supplémentaires sont venus dans nos magasins".

Une marge nette faible

Malgré tout, le bilan n'est pas totalement rose. La marge nette demeure en effet faible, elle s'établit à 1,9%. Michel-Édouard Leclerc explique : "c'est parce qu'on investit beaucoup. On veut rendre les magasins plus attractifs et devenir plus compétents et plus experts". Et pour y parvenir, il faut embaucher de nouveaux profils, plus pointus et donc plus chers. "Sur cinq ans nous aurons embauché près de 15.000 personnes".

Le patron du groupe veut mettre l'accent sur le "mieux manger" : "moins de pesticides, plus de certifications, moins de sel, moins de gras, plus de bio". Du bio dont les ventes ont progressé de 25% l'an dernier. 12 000 contrats de circuits courts ont été signés en 2019. Michel-Édouard Leclerc souhaite désormais afficher les niveaux Nutri-Score de ses fournisseurs industriels, avec leur aide. Histoire de toujours rester à la pointe pour continuer à séduire les consommateurs.



Tags : distribution

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook