Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

EDF va devenir actionnaire principal des réacteurs d'Areva





Le 3 Juin 2015, par

C'est l'Elysée qui annonce la nouvelle, mercredi 3 juin au soir. EDF va prendre une participation majoritaire dans l'activité réacteurs d'Areva.


Areva, qui a perdu près de 5 milliards d'euros l'an dernier, et se trouve de ce fait au bord du gouffre, va donc se séparer de son activité réacteurs, en laissant EDF devenir actionnaire principal. Areva conserva cependant une part du capital, à hauteur de 25 %.

La sortie de l'activité réacteurs du giron d'Areva va permettre de réduire les pertes en 2015. L'Eau, en tant qu'actionnaire majoritaire d'Areva, pourra alors réinjecter du cash dans les comptes d'Areva sans que cela soit un tonneau des Danaïdes. 

L'histoire ne dit pas en revanche comment EDF pourra rééquilibrer rapidement les comptes de l'activité réacteur reprise à Areva, mais, ça, c'est une autre histoire... 


Jean-Baptiste Giraud
Jean-Baptiste Giraud est journaliste économique, passé par Radio France, BFM, LCI, TF1 et... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Risque Amiante : le point sur les nouvelles obligations avec SET Environnement

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Clarifier sa stratégie pour réussir sa transformation digitale

Transformer l’organisation : la « stratégie des 100 projets »

Réussir la transformation de l’entreprise au point de contact client

Julien Aubert, député du Vaucluse : « L’absence de gaullisme fait le lit des extrêmes »

L’ISO 37001 comme outil stratégique anti-corruption et avantage concurrentiel

Vincent Stellian : "L'indépendance de Quiétalis et son réseau national, nos meilleurs atouts"
















Rss
Twitter
Facebook