Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

« Fantaisies quantiques » : Quand la collaboration des chercheurs fait avancer l’humanité !





Le 22 Juin 2020, par Marina Solvay

Marina Solvay, vient de publier avec Catherine d’Oultremont : « Fantaisies quantiques », un livre « docufiction » absolument passionnant. Conversation.


« Fantaisies quantiques » relate l’histoire de la recherche scientifique, au travers des rencontres de scientifiques aux instituts Solvay, comme Max Planck, Marie Curie, Albert Einstein. Pouvez-vous nous raconter la genèse de ce livre ?
 
Ce livre commence par la curiosité d’un scientifique vieillissant, Ernest Solvay, fondateur de l’entreprise SOLVAY, qui cherche des réponses à ses questions sur la constitution de la matière et son fonctionnement. La physique classique ne le satisfait plus et il invite les scientifiques des meilleures universités européennes qui ont des idées nouvelles à se rendre à Bruxelles pour en débattre en 1911.
 
Le premier Conseil Solvay est un succès et Ernest Solvay crée des Instituts pour les pérenniser et soutenir ses participants. La mécanique quantique naît au Conseil de 1927. Et à travers la vie et les péripéties de nos héros, le lecteur apprend pas à pas les étapes des découvertes de la science du XXème siècle. Deux guerres mondiales et une guerre froide sèment des embuches sur leurs parcours et transportent les découvertes d’un continent à l’autre.
 
Notre récit est une aventure humaine parsemée d’anecdotes vraies légèrement romancées par Catherine d’Oultremont.
 
Sur quelles bases documentaires vous êtes-vous appuyées ?
 
Nous nous sommes penchées sur les archives familiales pour tout ce qui touche à ma famille. Les Instituts possèdent des comptes-rendus de chaque Conseil et une correspondance intéressante avec la famille royale qui a toujours soutenu les Conseils et leurs participants. 

Nos archives n’ont malheureusement pas toutes été précieusement conservées et une grande partie d’entre elles ont quitté la Belgique notamment pour rejoindre les fonds du Collège de France emportées par Maurice de Broglie et ceux de l’ESPCI (Ecole Supérieure de Physique et de Chimie Industrielles de la Ville de Paris)  lorsque Paul Langevin (physicien, philosophe des sciences et pédagogue français) quitte la présidence des Instituts. 
J’ai réalisé plusieurs interviews et de nombreuses lectures de descriptions faites par des historiens des sciences à la recherche d’anecdotes à raconter.
 
Aujourd’hui une grande partie de nos archives a été digitalisée et mise en ligne sur le site de l’ULB (Université Libre de Bruxelles).
 
Quelle est la contribution majeure des Instituts Solvay aux grandes découvertes du siècle passé ? 
 
La mécanique quantique ! Les Conseils Solvay en sont le berceau. Ses fondements y ont été déposé en 1911 et elle y est née en 1927.
Elle a permis aux scientifiques d’explorer l’infiniment petit ; au début il s’agissait d’atomes et d’électrons, plus tard du noyau avec des protons et des neutrons pour arriver en 1948 au Conseil sur les particules élémentaires. Le Conseil de Chimie de 1953 a dévoilé pour la première fois la structure de l’ADN.  
 
En 1958 le premier Conseil sur la cosmologie s’intitulant « la structure et l'évolution de l’univers » a fait apparaître le Big Bang et les trous noirs. En 1967, on a discuté de la différence entre la théorie de Higgs et celle de Brout et Englert sur les Bosons.
 
Le succès des Conseils est dû à leur fonctionnement unique. D’une part, la durée des exposés doit être égale ou inférieure au temps de discussions qui les suivent. Et d’autre part, la mise en place d’Instituts soutiennent les scientifiques dans leurs recherches et sont dirigés par un comité international qui possède une indépendance décisionnelle totale.
 
Ce succès n’a fait que grandir grâce à la notoriété de ses Conseils : de 1911 à 1930, 52 participants ont été distingués par un prix Nobel.
 
Les Instituts Solvay perdurent ils aujourd’hui ? Sous quelle forme ?
 
Aujourd’hui les Conseils Solvay ont non seulement survécu mais réunissent encore de nombreux prix Nobel, et les Instituts soutiennent les recherches sous la même forme que par le passé.
 
L’année 2019 rassemble 500 participants de tous les pays du monde travaillant sur la théorie des cordes et les chimistes invités au 25eme Conseil de Chimie traitant de la modélisation informatique : « la chimie des matériaux à la biologie ».  Une des sessions de ce Conseil est l’intelligence artificielle.  
 
En dehors des conseils , les chaires qui se succèdent cette année consacrée à la chimie, évoquent tout d’abord la liaison chimique introduite en 1927 basée sur la nouvelle théorie quantique développée par Werner Heisenberg et Erwin Schroedinger au Conseil de 1927 et appliquée par Walter Heller et Fritz London qui démontrèrent alors pour la première fois que la force des interactions intra-atomiques résultant de la liaison chimique pouvaient être expliquées par des forces physiques fondamentales. 
 
Ensuite le prix Nobel de chimie de 2016, Ben Feringa présente les systèmes biomoléculaires photosensibles qui nous permettent de fabriquer des médicaments qui agissent exclusivement au lieu même de la maladie. 
 
Aux chaires, succèdent les ateliers sur les sujets de « nouvelles frontières dans l’atome, le nucléaire, le plasma et l’astrophysique ».
 
L’année 2020 aurait dû être une année dédiée à la Physique mais le prochain Conseil de physique a été reporté à 2021. Le 11 mars dernier,  quelques jours avant le confinement, j’ai assisté avec les étudiants et les professeurs dans la Salle Solvay des Instituts de Physique et de Chimie à un exposé spécial sur les opportunités thérapeutiques en glycosciences du Professeur Caroline Bertozzi qui nous a expliqué le fonctionnement de l’entrée du virus du covid dans la cellule par les récepteurs ACE2. 

Le Professeur Caroline Bertozzi  (Stanford University, USA) est lauréate 2020 en chimie du futur Prix Solvay.

Encore aujourd’hui, les Conseils de Physique et de Chimie Solvay rassemblent les chercheurs les plus éminents dans le monde sur des sujets d’actualité et une invitation ne s’y refuse pas.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook