Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Hôtellerie : Accor subit la crise de plein fouet





Le 21 Octobre 2020, par François Lapierre

L'hôtellerie fait partie des secteurs d'activité les plus touchés par la crise économique et sanitaire. Le groupe Accor tire la sonnette d'alarme, en estimant que la situation n'allait pas s'arranger dans les prochaines semaines.


Le couvre-feu n'arrange rien

La mise en place d'un couvre-feu dans huit grandes agglomérations françaises, dont la région parisienne et Lyon, est un coup très dur pour le milieu de l'hôtellerie. Sur France Inter, Sébastien Bazin le PDG du groupe Accor, a déploré que la situation n'allait pas aller en s'arrangeant dans les semaines à venir. La mesure doit durer 6 semaines. Le dirigeant a dressé le bilan estival : « Cet été nous étions à -40% par rapport à l'été de l'année dernière, en mars on était à -90% donc il y a eu un rebond de courte durée, du 1er juillet jusqu'au 4 septembre. Maintenant on est à -60% ». Un rebond de courte durée, et il ne saurait dire si les vacances de la Toussaint permettront à ses hôtels de remonter la pente : « On n'en sait fichtre rien parce que maintenant les gens réservent à 4 jours de leur départ. Mais ça ne va pas être très joli ».

Le groupe Accor (Sofitel, Ibis, Novotel, Mercure…) détient plus de 5.000 hôtels dans le monde. La moitié du chiffre d'affaires de l'entreprise est réalisé en Europe, là où l'épidémie est particulièrement active. La plupart des pays européens, dont la France, font actuellement face à une très forte deuxième vague. Sur le vieux continent, « c'est la catastrophe », confirme Sébastien Bazin. Il déplore l'incohérence « totale » dans les mesures prises dans l'UE : « pour le voyageur c'est incompréhensible, donc il ne voyage pas ».

Pas de visibilité en Europe

Il appelle de ses vœux une « procédure commune » qui faciliterait la circulation des personnes au sein de l'Europe, car c'est l'endroit « où on souffre le plus avec l'Amérique latine ». En Chine, la situation s'est rétablie en l'espace de neuf mois, tandis qu'aux États-Unis, le groupe souffre moins « parce qu'ils ont 350 millions de clients dans un même territoire ».

Au premier semestre, Accor a subi des pertes particulièrement importantes à hauteur de 1,5 milliard d'euros. Un plan d'économies a été mis en place qui va conduire à la suppression de 1.000 emplois. 300 à 400 postes sont concernés en France. Pour tenter de sortir de l'ornière, les hôtels volontaires du groupe vont nouer des partenariats avec des restaurants, eux aussi très touchés par la crise, pour mettre en œuvre des initiatives communes pour attirer des clients.



Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Schoolab Entreprise à Mission ou comment concilier Business et enjeux sociétaux

Violence policière est fait divers

Marie Legrand, directrice générale d'Audio 2000 : "Audio 2000 s'est construit autour des valeurs de professionnalisme, d'innovation et d'accessibilité "

Le MoHo : un collectif pour changer le monde !

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute













Rss
Twitter
Facebook