Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L’État vole au secours de la maison mère de William Saurin





Le 14 Décembre 2016, par

La Financière Turenne Lafayette, qui possède les marques William Saurin, Madrange et Garbit, truquait ses comptes depuis des années. Désormais menacée par une liquidation judiciaire, l’entreprise va être secourue par l’État.


Les ministères de l’Agriculture et de l’Économie ont annoncé ce mercredi 14 décembre un soutien financier pour la Financière Turenne Lafayette. Objectif : préserver les 3 200 emplois du groupe agroalimentaire dont les marques sont bien connues des consommateurs. L’État va prendre à sa charge une partie de la trésorerie de l’entreprise. Il importe de soutenir les fournisseurs, les clients et les salariés, indiquent les pouvoirs publics.

Le montant de l’aide n’a pas été dévoilé, il faut auparavant examiner les besoins du groupe. Une société qui « arrangeait depuis de longues années ses comptes en fin d'année en passant des écritures comptables qui étaient soit de fausses facturations, soit de fausses avances sur stock », explique les ministères, qui n’ont toutefois pas noté de « malversations ».

C’est le décès, le 30 novembre, de la propriétaire et actionnaire unique du groupe, Monique Piffaut, qui a ouvert les comptes de l’entreprise. Du côté de la direction, on assure que « plusieurs pistes sont envisagées, parmi lesquelles la recherche de nouveaux moyens de financement, y compris au travers de l'ouverture du capital ».


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook