Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La SNCF veut ressusciter l’Orient-Express





Le 16 Septembre 2018, par Paul Malo

Au-delà des Journées du patrimoine, la SNCF travaille à relancer la « marque » Orient-Express.


Une marque rachetée par la SNCF

Le saviez-vous ? Au-delà d’exposer gare de Lyon, à Paris, quelques voitures de l’Orient-Express restaurées à l'occasion des Journées du Patrimoine, la SNCF entend bien relancer le mythique Orient-Express. En effet, après l’arrêt des liaisons vers Istanbul en 1977, le groupe SNCF a racheté la marque à la Compagnie des wagons-lits. Il aura fallu attendre 2011 pour qu’elle commence à en racheter et restaurer les wagons. Exposés en 2014 à l’Institut du Monde Arabe, elles avaient attiré plus de 250 000 visiteurs.

Lancer une vraie marque de luxe

Et maintenant ? Pour en tirer bénéfice, la SNCF a cédé l’an passé 50% de l’Orient-Express au groupe AccorHôtels. Objectif : faire fructifier la marque, notamment en ouvrant des hôtels de luxe sous la marque Orient-Express.  Le premier devrait être inauguré fin 2019 en Asie. Mais seront également créé des bagages, des parfums, du mobilier autour du patrimoine et de l’imaginaire de la marque. En attendant de remettre sur les rails le train mythique qui a circulé entre 1883 à 1977 entre Paris et Constantinople/Istanbul, via Vienne puis par Venise.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"









Rss
Twitter
Facebook