Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le Français Remade surfe sur le marché du smartphone reconditionné





Le 9 Août 2018, par Paul Malo

La société normande née en 2013 et spécialisée dans le smartphone reconditionné vient de lever 125 millions d’euros afin de poursuivre sa croissance.


Le reconditionnement en plein boom

Conséquence directe de la recherche de marge des grands noms de la téléphonie, et des smartphones Premium au prix de plus en plus élevé, le marché du reconditionnement est en plein essor. Et la start-up normande a été l’une des premières à s’y attaquer, en rachetant en majeure partie des smartphones aux opérateurs pour les revendre aux particuliers. Ce qui fait d’elle le leader du secteur avec 130 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017, loin devant Recommerce (45 millions d’euros).




 

Remade à la conquête de l'Inde

Grâce à cette levée de dette de 125 millions d'euros auprès de trois investisseurs, LGT European Capital, Idinvest Partners et Swen Capital, Remade va pouvoir maintenant s’attaquer à l'international, à l'Europe, au Maghreb, et même au gigantesque marché indien. L’an dernier, la société basée à Avranches avait déjà racheté Save, une start-up française spécialisée dans la réparation express de téléphones portables. Remade, qui reconditionnait environ un demi million de terminaux par an, en majorité des iPhones, vise la barre des 840 000 smartphones reconditionnés en 2018.
 




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook